Fermer
Le France #Conduite autonome - #Divers - #Etude

L’amour des Français pour l’automobile reste inchangé

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER
L’amour des Français pour l’automobile reste inchangé

Allianz France dévoile le deuxième baromètre sur la prévention routière, réalisé par le cabinet GMV Conseil. Cette étude, qui décrit le rapport qu’ont les Français à la voiture, révèle que leur amour pour l’automobile n’a pas changé : près d’un citoyen sur deux adore sa voiture. Véhicule synonyme de liberté et de mouvement, puisque 76 % des personnes interrogées affirment aimer conduire et que 93 % estiment que posséder une voiture, c’est être plus libre. Malgré les nombreuses mutations touchant le quotidien des automobilistes, les Français sont toujours 82 % à posséder une voiture, et 64 % d’entre eux conduisent tous les jours. Les usages s’adaptent néanmoins, notamment avec l’apparition des nouvelles mobilités et technologies.

Premièrement, l’autopartage est aujourd’hui rentré dans les mœurs : 48 % des Français ont conduit un véhicule de prêt ou de location en 2016, 26 % des automobilistes interrogés ont déjà proposé un covoiturage, 29 % en ont déjà bénéficié, et 30 % l’envisagent. 5 % des automobilistes sondés ont déjà fait un échange de voiture entre particuliers et 4 % ont proposé leur véhicule à la location, comme avec Drivy.

Les technologies prennent également de plus en plus de place dans les habitacles, changeant les habitudes et soulevant quelques interrogations chez les automobilistes. Ainsi, ils sont désormais 72 % à utiliser au moins une application pour leurs trajets en voiture ou en moto, alors que 83 % d’entre eux possèdent un smartphone. Concernant les technologies d’aide à la conduite, elles se révèlent assez méconnues des utilisateurs, qui confondent facilement les fonctionnalités semi-autonomes comme le freinage d’urgence ou le stationnement automatique avec d’autres systèmes tels que l’ABS ou l’ESP. Cependant, 68 % ont la conviction que les véhicules semi-autonomes peuvent réduire significativement le nombre d’accidents de la route.

Concernant les voitures autonomes, 60 % des automobilistes interrogés pensent qu’elles vont se développer très rapidement et 66 % estiment qu’elles constitueront un progrès majeur pour la sécurité routière. Ces technologies inquiètent toutefois les Français, qui se soucient des possibles défaillances de ces systèmes autonomes.

Enfin, l’étude dégage cinq principaux types d’utilisations de l’automobile chez les Français. Premièrement, « la voiture passion », qui concerne 22 % des conducteurs, les passionnés d’automobiles, qui séparent la voiture des autres moyens de transports et qui refusent de prêter leur véhicule à un tiers. Ceux-ci roulent entre 10 000 et 25 000 km/an. La « voiture statutaire » concerne quant à elle 16 % des conducteurs. Ils roulent entre 25 000 et 50 000 km/an et ne voient en la voiture qu’un symbole de réussite sociale. La « voiture utile » concerne pour sa part 23 % des conducteurs et incarne un moyen de transport comme un autre. La « voiture contrainte », où l’essentiel réside dans le bon fonctionnement du véhicule, concerne 21 % d’entre eux. Enfin, la « voiture danger » concerne 18 % des automobilistes : leur voiture est synonyme de danger. Ce sont principalement des femmes, des mères au foyer, roulant moins de 10 000 km/an. (JOURNALAUTO.COM 10/3/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.