triangle orange
Le

Le zoom éco de 15H30

Téléchargez
Icone
triangle bleu
Espagne

Seat mise sur la mobilité et accélère son internationalisation

Seat, qui a longtemps centré son activité sur l’Espagne, opère depuis quelques années un changement radical d’orientation Le constructeur a...

Seat, qui a longtemps centré son activité sur l’Espagne, opère depuis quelques années un changement radical d’orientation. Le constructeur a en effet mis en place une stratégie de mondialisation et de diversification de son cœur de métier.

Seat a récemment annoncé qu’il serait le fer de lance du groupe Volkswagen en matière de mobilité. Il a ainsi investi en Israël dans une start-up baptisée Explora, qui propose des solutions de mobilité et les services associés. Détenue à 100 % par Seat, elle gardera son autonomie et sa liberté d’action et de méthode. A ce titre, les solutions que la start-up commercialisera seront toujours disponibles pour tous les conducteurs et non les seuls clients de Seat. Fin février, Seat a en outre repris la société d’autopartage madrilène Respiro, avec l’intention de déployer le service au-delà des limites de Madrid. Seat continuera de produire des voitures de manière traditionnelle, quand bien même elles seront plus connectées et plus autonomes, « mais nous allons construire un modèle économique parallèle autour du service », souligne Leyre Olavarria, qui dirige la connectivité et l’info-divertissement au sein de Seat.

Par ailleurs, Seat veut développer son activité à l’international. Après une tentative de retour en Chine en 2012 qui n’a pas été concluante, il a récemment annoncé qu’il allait intégrer la coentreprise JAC Volkswagen afin de commercialiser ses voitures sur le marché chinois d’ici à 2020. La marque espagnole aura un double rôle en Chine, puisqu’elle participera également à la création d’un centre de recherche et de développement destiné aux véhicules électriques, connectés et autonomes. Ce processus devrait débuter d’ici à 2021. Pour rappel, Volkswagen et JAC avaient obtenu l’année dernière l’autorisation des autorités chinoises pour former une coentreprise dans le domaine des voitures électriques. “C’est un jour très important dans l’histoire de la marque puisqu’il s’agit d’une nouvelle étape dans notre développement, particulièrement international. La Chine offre beaucoup de possibilités à Seat quand, de notre côté, nous apporterons des solutions de mobilité nouvelles en adéquation avec les nécessités des clients locaux”, a précisé Luca de Meo, président de Seat. Seat pourrait produire un véhicule électrique en Chine, destiné au marché local. Le projet serait toutefois en phase « initiale ». En décembre dernier, une délégation de dirigeants chinois s’était rendue en Espagne pour visiter l’usine de Martorell dans le cadre de ce projet. A son tour, Seat devrait envoyer en Chine un groupe de travail d’une vingtaine de personnes pendant quelques mois.

Seat a en outre récemment annoncé le lancement de l’assemblage de l’Arona et de la León en Algérie, à Relizane, où l’Ibiza est déjà fabriquée depuis l’année dernière. Comme pour l’Ibiza, les éléments sont construits en Espagne à Martorell avant d’être envoyés en Algérie pour le montage final. Dans le cadre de la nouvelle organisation régionale de Volkswagen, Seat dirige le développement du groupe en Afrique du Nord. Le Maghreb offre un véritable potentiel de croissance pour la marque. Les distributeurs Seat algériens ont déjà écoulé 11 400 véhicules au premier semestre de 2018. “Pour renforcer notre stratégie de mondialisation, il est essentiel que nous assemblions des modèles en dehors de l’Europe, comme le font d’autres constructeurs automobiles européens, a indiqué, par communiqué, Wayne Griffiths, vice-président de la marque en charge du marketing et des ventes. “Nous sommes et nous voulons continuer à être l’une des marques qui bénéficie de la croissance la plus rapide en Europe et, dans le même temps, nous voulons croître au niveau mondial”, a ajouté Wayne Griffiths.

De fait, les ventes mondiales de Seat ont progressé de 17,6 % au premier semestre, à 289 900 unités. Une performance commerciale qu’il faut également mettre au crédit de l’usine de Martorell, qui a produit 283 312 véhicules sur la période (+ 20,6 %). Le site atteint même un taux d’utilisation de 95 %, soit 2 300 unités par jour. Au second semestre, le remplacement sur la ligne 3 de l’Audi Q3 par la nouvelle Audi A1 va quelque peu ralentir la production, mais le constructeur annonce un retour à la pleine capacité avant la fin de l’année.

Lire l'article complet Icone de flèche

Retrouvez tous les zoom éco de 15h30