Fermer
Retour
Nouveaux usages et nouvelles mobilités #GAZ - #Motorisation - #Usage - #voiture en ville

Quelle motorisation pour quel usage ?

Icone de twitter
autodrome_LM Icone de retweet
RT @autodrome_LM: Et voici les deux véhicules sécurité de ce samedi : deux superbes @alpine_cars A110, en partenariat avec
Icone de twitter
F1 Icone de retweet
RT @F1: Those elevation changes 😙👌 🇵🇹 #PortugueseGP #F1
Icone de twitter
alpine_cars Icone de retweet
RT @alpine_cars: Les Alpes : terrain de jeu favori de l’ septembre dernier, des passionnés Alpine se sont rassemblés pour #AlpineA110
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Que vous parcouriez de nombreux kilomètres tout au long de l’année, que vous utilisiez votre voiture en ville comme sur routes, ou principalement sur de petits trajets pour accompagner vos enfants à l’école, faire vos courses… choisissez la solution la plus adaptée.

En moyenne 50% des trajets en Europe sont réalisés sur des distances inférieures à 15 km, et le nombre de kilomètres moyens parcourus sur une semaine est de 300km.

 

Le véhicule électrique idéal pour vos déplacements quotidiens

Le véhicule électrique ne possède pas de moteur thermique, il n’y a donc pas d’échappement ni de rejets de gaz à effet de serre, pas de gaz polluant ou particules venant de la motorisation en roulant.  L’électricité utilisée étant peu carbonée en France, le bilan carbone de la voiture électrique est donc meilleur que son équivalent thermique.

Au-delà de ses atouts environnementaux essentiels pour la qualité de l’air notamment, le véhicule électrique présente de réels atouts à l’usage pour l’utilisateur.

  • Il bénéficie d’un bonus à l’achat. Dans le cadre du plan de soutien à l’automobile présenté le 26 mai 2020, le dispositif de bonus écologique pour les véhicules électriques et véhicules hybrides rechargeables est renforcé, à partir du 1er juin et jusqu’à la fin de l’année. Un bonus de 7000€ pour les particuliers pour l’achat d’un véhicule électrique neuf ou d’occasion, 5000€ pour les entreprises (2020).
  • Il permet de parcourir une moyenne 300 km 

Soit une autonomie suffisante pour la majorité des trajets quotidiens : 82% des Européens (77% des Français) font moins de 100 km par jour. Pour la plupart de ces personnes, les voitures électriques actuelles proposent une autonomie suffisante.

  • Il offre un agrément de conduite exceptionnel et vous roulez en toute sérénité. Plus dynamique ! La puissance d’un moteur électrique se ressent dès le démarrage, contrairement aux moteurs essence ou diesel. Il peut d’ailleurs surprendre. Toutefois son silence est d’or.
  • Libre de circuler en ville en toutes circonstances, et notamment dans les zones à faibles émissions. Certaines municipalités offrent la gratuité du stationnement.
  • Un faible coût à l’usage 

Les véhicules électriques actuels consomment entre 13 et 25 kWh/100 km (cycle normalisé); cela revient à un coût de 3,25 € à 6,25 € pour 100 km (1 kWh coûte en moyenne 0,25€). Un véhicule à essence ou diesel, qui consomme théoriquement 5l/100 km, coûte quant à lui entre 6 et 7 € de carburant par 100 km. La consommation du véhicule électrique est optimisée car le moteur se recharge pendant les phases de décélération. Par ailleurs, il ne consomme rien dans les phases de ralenti ou à l’arrêt.

  • Une recharge simple, facile et rapide (sur la voie publique comme dans votre parking)

Pour vous recharger à domicile, vous pouvez installer une prise renforcée ou bien une borne de recharge domestique (3,7 kW à 7,4 kW), en fonction de vos usages et du confort recherché. De façon occasionnelle, une simple prise domestique (2 kW) peut suffire.

Les bornes de recharge que vous trouverez sur votre route délivrent différentes puissances. Par exemple, les bornes déployées sur les aires de service des autoroutes peuvent être plus puissantes que celles des parkings souterrains, afin de vous permettre de repartir, véhicule chargé, une fois votre pause terminée.

  • Une maintenance allégée et un faible coût d’entretien grâce à une mécanique plus simple :

La voiture électrique demande peu d’entretien. Le système moteur est très simplifié par rapport à un véhicule thermique (essence, diesel ou gaz). Il y a beaucoup moins de pièces en rotation, il n’y a pas de boîte de vitesse et pas d’huile à changer.

Grâce au freinage régénératif, une partie de l’énergie cinétique est récupérée pour en faire de l’électricité.

Le système mécanique est ainsi moins sollicité, limitant l’usure de certaines pièces, dont les plaquettes.

Étant donné sa composition, le moteur électrique est très peu soumis aux frottements mécaniques, en outre il n’est pas dépendant des échanges de flux gazeux et liquides. En plus de ne pas présenter d’usure, il n’a pas besoin de vidange car il n’exige pas de lubrification et n’est pas concerné par le remplacement de certains éléments indispensables aux moteurs à combustion (filtre, bougie, etc…). L’absence de ces pièces dites « d’usure » limite encore un peu plus le risque de panne.

 

  • Moins de révisions nécessaires

Les révisions seront généralement plus espacées que pour un véhicule thermique. Et, seuls, les plaquettes de frein, le train de pneumatiques et le liquide de lave-glace devront être remplacés.

 

Le véhicule Hybride,

une solution optimale pour ceux qui parcourent des kilomètres sur routes ou autoroutes, et qui souhaitent accéder aux zones à faibles émissions en ville. Pour les petits trajets du quotidien en mode 0 émission, tout en bénéficiant de l’autonomie du moteur thermique pour parcourir de plus longs trajets.  

  • Le véhicule hybride rechargeable de moins de 50 000€, dont l’autonomie en mode électrique est supérieure à 50 kilomètres bénéficie d’un bonus de 2 000 €.

Dans le cadre du plan de soutien à l’automobile présenté le 26 mai 2020, le dispositif de bonus écologique pour les véhicules électriques et véhicules hybrides rechargeables est renforcé, à partir du 1er juin et jusqu’à la fin de l’année.

  • Grâce à une batterie de grande capacité ainsi qu’une prise permettant la recharge indépendante via une prise domestique ou une borne de recharge, le moteur électrique devient une véritable alternative au moteur à combustion pour la plupart des déplacements du quotidien – notamment en ville.
  • Il permet de concilier les atouts d’un véhicule électrique pour les petits trajets quotidiens (une circulation sans bruit et sans émission) et d’un véhicule thermique pour les plus longues distances (la garantie d’une autonomie sans contrainte). Vous pourrez ainsi circuler librement en ville quelques soient les zones de restriction et parcourir jusqu’à près de 60 km en mode électrique, lorsque vous entrerez en ville. 
  • Pas de risque de tomber en panne d’autonomie

Un véhicule hybride utilise au moins deux sources d’énergie différentes pour se déplacer. Le véhicule a recours à un carburant fossile et à l’électricité au moyen de deux moteurs: l’un thermique, l’autre électrique.

  • Pour préserver l’autonomie électrique, la batterie électrique se recharge en roulant via la récupération de l’énergie de décélération. Ce type de véhicule est capable de fonctionner en mode tout électrique indépendamment du moteur thermique.

 

Le véhicule hybride rechargeable en bref :

  • Le véhicule hybride rechargeable bénéficie d’une autonomie moyenne de 50km en mode 100% électrique (WLTP) et permet ainsi de réduire la consommation de 40% par rapport à un modèle thermique pur.
  • Un système de récupération d’énergie au freinage et à la décélération du véhicule (lever de pied ou freinage) qui permet de récupérer 10% d’autonomie en moyenne.
  • Emissions < 50g CO2/km (WLTP)
  • Habitabilité identique à celle d’un véhicule thermique
  • Performance jusqu’à 300ch
  • Pour un client parcourant 20 000km/an avec un hybride rechargeable : le roulage en mode 100% électrique peut atteindre 10 000km/an (avec une recharge/jour).

Hybride ou hybride rechargeable : quelles différences ?

 

Un véhicule hybride associe un moteur thermique, essence ou Diesel, à un ou plusieurs blocs électriques, situés sur le train avant et/ou sur le train arrière. Il peut être rechargeable ou non-rechargeable, les deux catégories se différenciant sur de nombreux points (technologie, prix, usage, volume de ventes).

L’hybride non rechargeable dispose d’une autonomie électrique limitée à quelques kilomètres de conduite en ville. Avec une faible capacité, autour d’1 kWh, sa batterie est généralement rechargée grâce au moteur thermique et un dispositif de récupération d’énergie cinétique au freinage.

A contrario, la plus grande capacité de batterie d’une voiture hybride rechargeable, autour de 10 kWh, lui procure une autonomie en mode 0 émission souvent comprise entre 30 et 60km et une vitesse de pointe d’environ 120 km/h. Ce n’est qu’en cas de dépassement de ces valeurs que le moteur thermique prend le relais, en sachant que la recharge est similaire à celle d’une voiture électrique, par le biais d’une prise domestique ou une borne de recharge.

 

Le mild-hybrid ou hybride léger :

Une alternative intéressante pour réduire les émissions

Le principe repose sur un petit moteur électrique qui fait office d’alterno-démarreur. Ce moteur vient apporter un surcroit de puissance au bloc thermique via une courroie. Son énergie provient d’une petite batterie 48V qui est rechargée par le même bloc électrique, qui se transforme en générateur lors des phases de freinage.

Le système permet aussi de fournir une aide au démarrage et ainsi soulager le démarreur traditionnel. De plus, le dispositif aide à couper plus souvent le moteur thermique, lorsque le conducteur relâche la pédale d’accélérateur. Il est aussi relié au réseau électrique de la voiture, ce qui permet d’avoir une batterie 12V plus compacte.

Cette solution vous permet d’avoir un rapport très intéressant entre gains et coût de la technologie, d’ailleurs nettement moins élevé que les autres formes d’hybrides. Et comme les normes antipollution sont de plus en plus sévères, chaque gramme de CO2 gagné est précieux !

 

Le véhicule thermique pur – essence ou diesel – pour ceux qui ont une utilisation régulière sur de longs trajets, avec un minimum de 15 000km parcourus par an pour le diesel.

Les véhicules thermiques, essence ou diesel, ont bénéficié de formidables innovations technologiques pour améliorer leur performance et en réduire les émissions de CO2 comme les émissions de polluants.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES