triangle orange
Antibrouillard Télécharger le PDF
Icone
triangle bleu
Zoom

Véhicule autonome : un essor moins rapide que prévu ?

#Asie-Pacifique - #IDATEDigiWorld - #Niveau 5 - #Véhicule autonome

D’après IDATEDigiWorld, société spécialisée dans l’évolution des télécoms et du numérique, 55 millions de véhicules totalement autonomes (niveau 5) pourraient d’être commercialisés dans le monde d’ici à 2040. Les pays de l’Asie-Pacifique sont en tête des ventes de véhicules autonomes et devraient demeurer à la première place d’ici à 2040, tous niveaux d’autonomie confondus. Les constructeurs nord-américains arrivent à la seconde place, mais ils devraient connaître une croissance moins rapide que leurs voisins asiatiques. Ils sont pourtant toujours leader des initiatives de tests et ont déjà expérimenté des véhicules autonomes dans 35 villes. L’écosystème européen arrive en troisième position du classement avec 33 villes testées.

De nouveaux entrants sont attendus sur le marché, ce qui permettrait de faire évoluer le business model du secteur en créant une nouvelle économie de service, explique Auto Infos. Ainsi, les acteurs qui se saisissent de cette innovation sont à la fois des constructeurs d’automobiles comme le Groupe PSA ou Renault, mais également des géants de l’Internet tels que Google, Apple et Baidu. Parmi ces derniers, Baidu est l’acteur le plus avancé en matière de mobilité autonome. Le groupe chinois a notamment lancé un programme de robots-taxis dans la ville de Changsha, avec un minibus prototype de 14 sièges. L’objectif est d’atteindre une flotte de 100 véhicules à la fin de 2019.

L’essor de ce marché est toutefois à relativiser, puisque les véhicules pleinement autonomes, c’est-à-dire de niveau 4 et 5, ne devraient pas arriver sur le marché avant 2025-2030. Aujourd’hui, Audi est le seul constructeur à proposer des véhicules autonomes de niveau intermédiaire (niveau 3) aux particuliers, avec l’A8.

Les enjeux éthiques et réglementaires liés à l’autonomisation de la mobilité sont par ailleurs multiples et représentent autant de freins au développement du secteur.