Fermer
Retour aux Événements

Icone de twitter
CCFA_Auto
CCFA : pendant les vacances, l’information roule toujours ! 🌞🌴🏄 👉 @Groupe_Renault @GroupePSA... ccfa.fr/actualites/ccf…  #Automobile #automotive #CCFA #GroupePSA #Renault #RenaultTrucks
Icone de twitter
CCFA_Auto
FCA annonce une perte nette d’un milliard d’euros au deuxième trimestre 👉 @GroupePSA @fcagroup @Am__today @Auto21news @LaTribune @LeParisien_Auto... ccfa.fr/actualites/fca…  #FCA #PSA #Résultats
Icone de twitter
CCFA_Auto
Scania (groupe Volkswagen) confirme un plan de 5 000 suppressions de postes dans le monde 👉 @RenaultTrucksCo @VWGroup_DE @Am__today... ccfa.fr/actualites/sca…  #Plan #Scania #Suppression #emplois
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Renault, près d’un siècle de présence en Chine

Culture vroum #Chine - #Renault

L’intérêt et l’implication de Renault en Chine ne datent pas d’hier, le constructeur français y étant présent depuis près d’un siècle. L’histoire entre Renault et la Chine débuta en France, puisque Deng Xiao Ping, futur secrétaire général du Parti communiste chinois de 1956 à 1967 et chef de l’Etat de 1978 à 1992, travailla comme ouvrier dans l’atelier d’ajustage de Renault à Boulogne Billancourt du 6 novembre au 12 décembre 1925. Dans les années 30, des châssis Renault (de type O.S. de 10 chevaux) furent exportés et carrossés dans l’Empire du Milieu.

Mais c’est véritablement à partir du milieu des années 1990 que Renault chercha à développer une véritable activité commerciale en Chine. D’abord en fabricant des minibus de haut de gamme entre 1995 et 2003, puis en important des véhicules à partir de 1999.

Ces dernières années, c’est à travers des sociétés conjointes (la DRAC, créée en 2013 avec Dongfeng autour des véhicules thermiques ; eGT New Energy Automotive, destinée à accélérer le développement des technologies en faveur de la mobilité zéro émission, créée en 2014 ; Renault-Brilliance-Jinbei Automotive Company, créée en 2017 avec le groupe Billiance ; JMEV, créée en 2019 avec Jiangling Motors pour promouvoir le développement de l’industrie des véhicules électriques en Chine), que le constructeur consolida son implantation.

En avril 2020, Renault a frappé fort en annonçant qu’il renonçait à la production de véhicules à moteur thermique en Chine pour se concentrer sur les modèles électriques et utilitaires. « Nous ouvrons un nouveau chapitre en Chine. Nous allons nous concentrer sur les véhicules électriques et les véhicules utilitaires légers », a déclaré François Provost, directeur des opérations de la région Chine du constructeur français. « Groupe Renault transfèrera sa participation dans Dongfeng Renault Automotive Company à Dongfeng Motor Corporation. DRAC cessera ses activités liées à la marque Renault » a précisé le constructeur. Ce retrait partiel intervient alors que le groupe Renault a vendu dans le pays près de 180 000 voitures en 2019, contre 217 000 lors de l’exercice précédent (soit moins de 1 % de l’immense marché chinois).

Produite dans l’usine de Wuhan, la K-ZE a vocation à devenir une voiture mondiale. Un dérivé basé sur le concept ‘Dacia Spring’ sera ainsi commercialisé en Europe à partir de 2021. Toujours sur le marché des véhicules électriques, Renault s’appuiera par ailleurs sur une autre coentreprise (JMEV), bâtie avec le constructeur local JMCG. « Avec le soutien de Renault en qualité et technologies, JMEV prévoit de couvrir 45 % du marché chinois des V.E. en 2022 avec quatre modèles principaux », est-il annoncé. Quelque 860 000 modèles électriques ont été vendus en Chine en 2019, de quoi en faire le plus grand marché au monde.

En matière de véhicules utilitaires enfin, Renault compte sur son partenaire Jinbei, dont il a racheté 49 % des parts en décembre 2017, pour se développer. La marque est « bien établie avec 1,5 million de clients en Chine et près de 162 000 ventes en 2019 » (sur 3,3 millions de VU vendus dans le pays), explique le constructeur.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES