triangle orange
Antibrouillard Télécharger le PDF
Icone
triangle bleu
Culture vroum

Pourquoi le logo de Renault est-il un losange ?

#Louis Renault - #Renault-Frères

A l’occasion de la semaine européenne de la mobilité, qui s’est tenue du 16 au 22 septembre, Normandie Actu s’est interrogé sur l’origine du Losange qui représente la marque Renault. Le service communication du constructeur lui a expliqué qu’en 1898, à la naissance de la société au nom de « Renault-Frères », le losange n’existait pas. Le logo était représenté par deux « R » entrelacés à l’intérieur d’un médaillon qui formaient la toute première effigie de l’entreprise. Il n’était pas apposé sur les voitures de la marque. En 1906, le médaillon était représenté par un engrenage, représentant la Renault victorieuse du Grand Prix de l’Automobile Club de France.

C’est en 1923 que Louis Renault décida de doter les voitures d’un emblème de proue pour renforcer son identification et de mettre sur les capots une grille ronde avec « Renault » au centre. Cette grille cachait le klaxon et était adaptée à la forme particulière des capots Renault en pointe dits « Alligator », qui imposaient un logo « pliable ».

Le logo rond prit ensuite des angles pour mieux s’adapter aux lignes des capots en forme de dièdre, un symbole géométrique définitivement adopté en 1925. Le losange devint indissociable de Renault et commença à s’afficher dans chaque documentation ou publicité. Le logo évolua d’ailleurs au fil de l’évolution de l’identité de la marque.

Puis, en 1972, l’entreprise décida d’accorder une place primordiale au losange et de ne plus mentionner le nom Renault. Elle mit à contribution sa politique « Art & Industrie », développée depuis 1967, pour définir la nouvelle identité visuelle de la marque.

Dans ce cadre, le peintre et plasticien Victor Vasarely réalisa avec son fils Yvaral un logo doté de stries parallèles, à la fois technique et esthétique. La Renault 5 fut le premier modèle à arborer ce « nouveau losange », qui apparaît comme une émanation même de la marque, que l’on reconnait désormais sans même écrire son nom.

Source