Fermer
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Mannequins virtuels THUMS : 20 ans de recherche chez Toyota pour sauver des vies

Raconte moi l'auto #Brevet - #Sécurité - #Toyota - #Virtuel

Toyota offrira, dès l’année prochaine, un accès gratuit à son logiciel de modélisation THUMS (Total Human Model for Safety), qui permet d’analyser les conséquences physiques des accidents de la circulation, pour les passagers et les piétons. 

 

 

 

 

Le premier logiciel de modélisation humaine virtuelle THUMS (Total Human Model for Safety) a été présenté en 2000, après trois ans de recherche.

En simulant de nombreuses caractéristiques de différentes parties du corps humain, de sa forme générale à la structure du squelette en passant par la peau, les mannequins virtuels THUMS permettent d’analyser en détail les fractures osseuses, les lésions ligamentaires et autres blessures que peut engendrer une collision automobile.

Toyota a commencé à développer ce programme en 1997, en partenariat avec son centre recherche Toyota Central R&D. La Version 1 du logiciel THUMS a été achevée et commercialisée en 2000, suivie en 2005 de la Version 2 qui ajoutait un visage et des os au modèle. Lancée en 2008, la Version 3 se complétait d’une modélisation précise du cerveau. La Version 4 achevée et lancée en 2010 détaille précisément les organes internes. La Version 5 (2015) intègre tous les muscles du corps humain. Enfin, une Version 6 voit le jour en 2019, avec un perfectionnement des données.

 

Des études montrent que, pour éviter une collision, près de la moitié des conducteurs réagissent de façon défensive (par un freinage ou un coup de volant brutal par exemple) et que, simultanément, les occupants du véhicule ont tendance à se raidir. Or, la posture – raide ou au contraire détendue – a une incidence notable sur les mouvements du corps en cas d’accident. Pourtant, les mannequins humains virtuels actuellement utilisés dans les programmes de simulation d’accidents sont incapables de reproduire les réflexes de défense adoptés par les occupants d’un véhicule quelques instants avant la collision, notamment le raidissement du corps en prévision de l’impact.

Pour y remédier, Toyota a réussi à introduire dans la dernière version de son programme THUMS une nouvelle modélisation des muscles, capable de restituer les postures du corps humain. En simulant à différents degrés la détente ou la contraction du corps, cette Version 5 permet une analyse informatique plus détaillée des blessures consécutives à une collision.

Jusqu’à présent, THUMS parvenait seulement à simuler des changements de position après l’accident. Grâce à la modélisation musculaire de la Version 5, il est désormais capable de les simuler avant.

 

 

Il devient ainsi possible d’étudier avec plus d’acuité l’efficacité des ceintures, coussins gonflables et autres équipements de sécurité, mais aussi des technologies de sécurité active comme les systèmes pré-collision. En retour, ces évolutions permettront d’améliorer ces technologies, au bénéfice de la sécurité des occupants.

La modélisation THUMS a déjà été adoptée par des dizaines d’entreprises – constructeurs automobiles et fabricants de pièces détachées entre autres – ; elle contribue aux recherches sur la sécurité automobile partout dans le monde.

Protégé par une licence jusqu’à fin 2020, le logiciel THUMS de Toyota sera mis à disposition gratuitement à partir de janvier 2021.

Source : EL MUNDO (2/9/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.