triangle orange
Antibrouillard Télécharger le PDF
Icone
triangle bleu
Les Routes gastronomiques

L’incroyable destinée du Guide Michelin

#André Michelin - #bonne table - #France - #gastronomie - #Guide Michelin - #hôtels - #Michelin - #restaurant - #voyage

Le premier des Guides Michelin a été créé en 1900 par André Michelin et son frère Edouard. Publié à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, c’était un guide publicitaire, offert avec l’achat de pneumatiques. Il fut tiré à 35 000 exemplaires pour sa première édition.  La France ne comptait à cette époque que 2 400 conducteurs, pionniers de l’automobile à qui le guide fournissait des informations précieuses telles que la liste des rares garagistes, des médecins, un plan de quelques villes et une liste des curiosités régionales intéressantes.

Jusqu’en 1908, le guide rassembla des « réclames », ainsi que des annonces d’hôtels et de mécaniciens. Puis, la suppression des publicités fut solennellement annoncée.

A partir de 1920, le guide ne fut plus donné, mais vendu, André Michelin ayant constaté indigné que « les guides envoyés à un stockiste servaient à caler les pieds d’une table ». En contrepartie, les restaurants apparurent, les informations étant fournies par les clients de Michelin et par les premiers inspecteurs anonymes. Cet ajout des restaurants augmenta le nombre de pages, donc le prix de revient du guide. Toutefois, les indications « mérite un détour » ou « vaut le voyage » devaient inciter les automobilistes à user leurs pneumatiques.

 

En 1926, les « étoiles de bonne table » apparurent pour désigner les meilleurs restaurants et, en 1931, le classement en 1, 2 et 3 étoiles qui récompensa d’abord l’axe Paris-Lyon-Marseille (axe de la Nationale 6 et la Nationale 7). 1926 fut aussi l’année de la création du Guide régional Michelin, premier guide touristique Michelin et ancêtre du Guide Vert.

En 1997, le Bib Gourmand, qui récompensait un repas soigné à prix modéré, fit son apparition. Puis un « Bib hôtel », signalant les établissements offrant une prestation de qualité à prix raisonnable. Le guide commença aussi à sélectionner des maisons d’hôtes, en attribuant un sigle rouge aux plus agréables.

Au fil du temps, le nombre de produits offerts par les guides Michelin s’étoffa. Désormais présente sur des supports numériques, l’édition papier est toujours demandée (150 000 exemplaires du guide rouge sont vendus en moyenne chaque année). Fin 2016, le Guide fut vendu à la société britannique Bookatable, filiale du groupe Michelin.

Source : CCFA