Fermer
Retour aux Événements

Icone de twitter
CCFA_Auto
CCFA : pendant les vacances, l’information roule toujours ! 🌞🌴🏄 👉 @Groupe_Renault @GroupePSA... ccfa.fr/actualites/ccf…  #Automobile #automotive #CCFA #GroupePSA #Renault #RenaultTrucks
Icone de twitter
CCFA_Auto
FCA annonce une perte nette d’un milliard d’euros au deuxième trimestre 👉 @GroupePSA @fcagroup @Am__today @Auto21news @LaTribune @LeParisien_Auto... ccfa.fr/actualites/fca…  #FCA #PSA #Résultats
Icone de twitter
CCFA_Auto
Scania (groupe Volkswagen) confirme un plan de 5 000 suppressions de postes dans le monde 👉 @RenaultTrucksCo @VWGroup_DE @Am__today... ccfa.fr/actualites/sca…  #Plan #Scania #Suppression #emplois
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Les dix voitures italiennes qui ont marqué l’industrie automobile

The mamas and the papas #Alfa Romeo - #Ferrari - #Fiat - #Lamborghini - #Lancia - #marques italiennes - #voitures

Lorsque l’on évoque le terme de mythe dans le monde automobile, difficile de passer à côté des modèles italiens. Des voitures iconiques qui ont brillé par leur charme inégalé, leur originalité ou leur palmarès dans le milieu du sport automobile.

 

 

“Quand Fiat éternue, c’est toute l’Italie qui s’enrhume”, dit l’adage. C’est dire l’importance de l’industrie automobile dans la péninsule. Ferrari, Lamborghini, Maserati… Avec leurs modèles aux courbes sublimes et aux moteurs rugissants, ces marques incarnent aujourd’hui comme hier le savoir faire automobile italien. Mais, à l’autre bout de l’échelle automobile, on retrouve des dizaines de modèles populaires et pratiques, qui ont séduit des millions de familles à travers le monde. C’est ce mélange paradoxal entre élitisme et “dolce vita” ouverte au plus grand nombre qui fait le charme de l’industrie transalpine.

Auto Plus revient sur les dix modèles “Made in Italia”, qui ont laissé leur empreinte dans l’industrie automobile.

Ferrari et mythe, presque un pléonasme

Les modèles Ferrari sont des objets de convoitise inabordables, hier comme aujourd’hui, mais qui restent incontournables.

 

Ferrari 250 GTO

Certainement la plus élitiste et la plus chère de la sélection, la 250 GTO est mythique. Un exemplaire a été vendu plus de 40 millions d’euros en 2018 lors d’une vente aux enchères de la maison RM Sotheby. Elle est présentée en 1962 lors d’une conférence de presse et fait sensation. C’est un modèle qui s’inscrit dans la tradition de Maranello, tout en proposant des innovations en matière d’aérodynamisme avec notamment le “Kammback” (l’habitable de l’auto s’étire vers le bas pour être interrompu brutalement par un trait vertical). Ce n’est pas une œuvre de Pininfarina mais de Giotto Bizzarini et Mauro Porghieri, deux jeunes ingénieurs. A sa sortie, la beauté du modèle ne convainc pas, il est même surnommé le “vilain petit canard”. Mais, au fil du temps, grâce à ses performances et à de nombreuses victoires, l’opinion publique est unanime.

La 250 GTO en chiffres :

Moteur : V12 2953 cm3, 300 ch
Vitesse maximale : 285 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : 36
Prix estimé : plus de 40 millions d’euros

 

Ferrari F40

Née en 1987, la F40 est un célèbre modèle, officiellement de “grand tourisme”, qui fait date dans l’évolution des “supercars” de Ferrari. Le projet de son élaboration survient après le succès de la 288 GTO avec son moteur V8 central bi-turbo. C’est Enzo Ferrari en personne qui souhaite construire ce véhicule pour célébrer le quarantième anniversaire de la marque au cheval cabré. Il s’agit d’un bolide de course adapté à la route qui offre d’excellentes performances. Sa technique et sa conduite sont comparables à celles d’une Formule 1. Quelques exemplaires sont à vendre sur le marché des petites annonces, elles sont affichées à plus d’un million d’euros.

La F40 en chiffres :

Moteur : V8, 2936 cm3, 478 ch
Vitesse maximale : 326 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : 1 311
Prix estimé : Plus d’un million d’euros

 

Ferrari 365 GTB/4 Daytona

En 1968, la Daytona est la dernière berlinette Ferrari à moteur avant, avant l’avènement du moteur central, qui restera en vogue pendant plus de 20 ans. Pour rappel, son nom provient de la victoire aux 24 h de Daytona en 1967 quand trois Ferrari ont terminé aux 3 premières places. Elle est en concurrence directe avec l’innovante Lamborghini Miura. Elle réussit néanmoins à lui voler la vedette car elle est plus facile à conduire. Pour ce modèle, Ferrari fait les choses en grand : le moteur augmente de cylindrée d’environ 35 % par rapport à sa devancière la 275 GTB pour atteindre finalement 4,4 l. Coté mécanique elle se rapproche de la 275.

La Daytona en chiffres :

Moteur : V12, 4390 cm3, 352 ch
Vitesse maximale : 280 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : plus de 1 000
Prix estimé : environ 800 000 euros

Des “supercars” iconiques signées Lamborghini

Coté super sportives, on trouve les “Lambo”, concurrentes directes de Ferrari.

 

Lamborghini Miura

En 1965, la marque italienne sort la fameuse Miura. C’est la première d’une longue série de “Lambo” à moteur central, à l’époque le “schéma classique” proposait le moteur à l’avant. Vraie sportive comme ses concurrentes au Cheval Cabré, à ses débuts la Miura était l’une des voitures les plus rapides du monde. Coté design aussi c’est un succès, elle est très vite appréciée et produite à 475 exemplaires (Miura P400). La Miura fut ensuite développée avec la Miura S et ses 370 ch et avec la Miura SV, dotée de garde-boues plus imposants et d’un moteur gonflé atteignant 385 ch.

La Miura P400 en chiffres :

Moteur : V12, 3939 cm3, 350 ch
Vitesse maximale : 285 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : 475
Prix estimé : 900 000 euros

 

Lamborghini Countach

La Lamborghini la plus célèbre de tous les temps, et une des “supercars” les plus réussies, est la Countach. Lancée en 1973, elle vient remplacer la Lamborghini Miura et c’est un vrai succès commercial durant ses 16 années de carrière donnant lieu à 4 versions : LP 400, LP 400 S, LP 500 S et 5000 Quattrovalvole. Une réussite due déjà à son design futuriste, ses lignes sont plus anguleuses que les classiques de l’époque et dessinées par Marcello Gandini styliste chez Bertone. Ensuite cet engin doté d’un nouveau V12 dérivé de la Miura affiche des performances impressionnantes. Passée de l’état de concept-car à une production limitée, la Lamborghini Countach est une référence en matière de “supercars” des années 70.

La Countach (LP 400) en chiffres :

Moteur : V12, 3929 cm3, 375 ch
Vitesse maximale : 309 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : 151
Prix estimé : environ 1 200 000 euros

Lancia et Alfa Romeo, de redoutables sportives

Moins prestigieuses mais tout aussi remarquables, les marques italiennes comme Lancia et Alfa Romeo ont aussi leur place dans l’histoire automobile.

 

Lancia Stratos

La Lancia Stratos est particulière, ses lignes sont dignes de celles d’un avion à réaction. Avec un cockpit central et un moteur en position arrière. Coté motorisation, l’équipe en charge de l’élaboration de cette auto sait que le V4 de la Fulvia ne lui permettra pas de détrôner les Porsche et les Alpine, reines des courses à cette époque. Alors en 1972 place au V6 de la Ferrari Dino et dès 1973 la Lancia Stratos s’impose dans le milieu du sport automobile et gagne sa première course au rallye Firestone, en Espagne. Ce sera la première d’une très longue lignée. Cependant sur le plan commercial la Stratos est un “échec”, moins de 500 exemplaires ont été vendus.

La Stratos en chiffres :

Moteur : V6 Ferrari Dino, 2418 cm3, 195 ch
Vitesse maximale : 230 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : moins de 500
Prix estimé : environ 400 000 euros

 

Alfa Romeo 33 Stradale

Présentée le 31 août 1967 au Grand Prix d’Italie de Formule 1 à Monza, l’Alfa Romeo 33 Stradale a très vite séduit les passionnés par son design intemporel et ses technologies de voiture de course. Elle a été dessinée par Franco Scaglione, l’un des designers automobiles les plus connus en Italie. Ses technologies s’inspirent de la Tipo 33/2 de compétition, celle qui a redoré le blason de la marque milanaise dans le milieu de la course automobile. La Stradale, version route, du haut de ses 700 kg affichait des performances incroyables. Il s’agit d’une véritable légende dont s’est d’ailleurs inspirée l’Alfa Romeo 4C.

La 33 Stradale en chiffres :

Moteur : V8, 1995 cm3, 230 ch
Vitesse maximale : 260 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : 18
Prix estimé : NC

 

Moins élitistes mais “mythes” quand même !

Outre les petits bolides sportifs hors de prix, l’industrie automobile italienne se distingue également par des voitures populaires et polyvalentes qui ont révolutionné la vie de leurs utilisateurs.

 

Fiat 500

Avec sa “Nuova 500″ bon marché, Fiat révolutionne la vie des Italiens. Pourquoi ? En 1957, elle répond aux besoins du plus grand nombre : se déplacer de façon économique et pratique. Un renouveau qui s’est vite répandu en Europe. C’est donc en 1957, sous les ordres de l’architecte automobile Dante Giacosa, qu’est produite la première Nuova 500. Dotée de 4 places, celles de derrière étant minimalistes, la petite italienne est capable de rouler à 90 km/h pour une consommation de moins de 5 l aux 100 km. Il s’agit d’un vrai poids plume, seulement 370 kg sur la balance. Ce petit “pot de yaourt” propose le minimum en termes d’équipements pour un prix à l’époque d’environ 250 euros. A l’époque, cette somme représentait presque deux ans de salaire pour un ouvrier italien. Résultat : 28 années d’existence et plus de 4 millions d’exemplaires produits. C’est une carrière inégalée.

La 500 en chiffres :

Moteur : 2 cylindres en ligne, 479 cm3, 15 ch
Vitesse maximale : 90 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : plus de 4 millions
Prix estimé : environ 20 000 euros pour un exemplaire de 1957 en bon état

 

Autobianchi A112

Autobianchi est un constructeur italien disparu en 1995 et la petite A112 marqua son âge d’or. Produite pendant plus de 15 ans (1969 à 1986), l’Autobianchi A112 est un succès commercial. Elle a été vendue à plus de 1,4, million d’exemplaires en comptant 7 séries. Son objectif ? Répliquer le succès des Mini d’outre-manche. C’est une belle réussite, qui comprend le développement d’une gamme complète pour ce modèle, notamment avec la redoutable A112 Abarth qui, avec ses 58 ch puis 70 ch, son poids plume et sa tenue de route excellente, s’impose sur le marché des “petites bombes”.

L’A112 Abarth en chiffre :

Moteur : 4 cylindres en ligne, 982/1050 cm3, 58/70 ch
Vitesse maximale : 150/160 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : 140 000 environ
Prix estimé : 10 000/12 000 euros

 

Fiat Panda

La Fiat Panda, ou la “4L à l’italienne”, est une voiture “à tout faire”. Populaire et attachante, son histoire commence en 1980 et s’inspire de ses cousines européennes la 2CV Citroën et la 4L Renault. C’est ItalDesign, la société créée par Giorgetto Giugiaro, qui est en charge du développement de la Panda. Le cahier des charges ? Répondre aux multiples besoins d’une large clientèle. Sa notoriété est due à son sens pratique (la fameuse “boîte à malice”), sa robustesse, son faible coût d’achat et d’entretien. Elle a été déclinée en plusieurs versions notamment en 4×4 particulièrement appréciée dans les montagnes italiennes, la plus répandue en France étant la “45”.

La Panda 45 en chiffres :

Moteur : 4 cylindres en ligne, 903 cm3, 45 ch
Vitesse maximale : 138 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : plus de 5,5 millions
Prix estimé : environ 2 000 euros

 

Un “mythe récent” en bonus

 

Ferrari Enzo

L’année 2004 restera dans les annales de Ferrari comme une année de gloire. Schumacher au volant de sa F2002 remporte 11 victoires, la production des chevaux cabrés bat son plein et donne naissance à la Ferrari Enzo. Elle est baptisée ainsi en l’honneur de son fondateur (Enzo Ferrari) et succède à la célèbre F50. Technique de F1 sur une voiture homologuée route sont devenus les mots d’ordre de Ferrari et cette Enzo, GT de l’extrême, est un précieux bijou convoité par des passionnés du monde entier. Une nouvelle fois ce modèle innove en matière de technologie et d’aérodynamisme, notamment avec la fin des ailerons encombrants.

La Ferrari Enzo en chiffres :

Moteur : V12, 5598 cm3, 660 ch
Vitesse maximale : 350 km/h
Nombre d’exemplaires fabriqués : 399
Prix estimé : Plus de 2 millions d’euros

Source : AUTO PLUS (18/6/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES