triangle orange
Antibrouillard Télécharger le PDF
Icone
triangle bleu
Culture vroum

Les belles lectures de l’Oncle Philippe

#Christophe Bonnaud - #Citroën - #CONCEPT-CARS

A la rencontre de Christophe Bonnaud

Concept-cars et prototypes d’études Citroën

Un livre unique, véritablement unique !

 

Des prototypes d’études des années 1950 jusqu’aux deux concept cars célébrant le centenaire de la marque en 2019, cet ouvrage nous plonge au cœur d’un bureau de design.

Par Philippe Colombet

Christophe Bonnaud, un auteur expert en design automobile.

Nous sommes dans le bureau de design de Citroën qui a vécu plusieurs époques, des plus glorieuses aux plus sombres. Plus de 60 prototypes d’études ou de salons sont décryptés dans ce livre, grâce aux nombreux entretiens avec les designers qui les ont conçus. C’est aujourd’hui le seul ouvrage à référencer les concept-cars les plus emblématiques du constructeur. Derrière ce livre, il y a un auteur expert que nous connaissons bien entre autres depuis son «1968-2018, les 50 ans qui ont changé l’automobile», notamment. Rencontrons le, à nouveau…

 

Christophe, comment est né le projet de ce nouveau livre ?

Le design est ma passion, et les concept-cars davantage encore. L’idée était de réunir à la fois ces voitures de rêves et leurs designers. Et puis ces voitures sont nées dans des bureaux de design qui ont connu des moments de joie, mais aussi de doute. C’est cela qui m’intéresse de raconter, car les hommes et femmes sont la colonne vertébrale de ce bouquin, pas seulement la belle carrosserie !

 

Flaminio Bertoni a quitté son Italie natale pour la rue du Théâtre à Paris en 1932, il va travailler pour Citroën jusqu’en 1964, tes recherches vont donc loin, comment se sont-elles déroulées et quelles ont été les difficultés ?

Ce livre s’appuie sur de nombreuses interviewes que j’ai réalisées, en 38 ans de carrière… Notamment celles avec Robert Opron qui m’a beaucoup parlé de Flaminio Bertoni.

 

Christophe, s’il ne fallait en retenir qu’un de tous ces nombreux concepts, le plus représentatif de la marque, lequel serait-il ?

Il est rare que dans une vie, une seule femme vous séduise… Difficile d’en choisir un. Proche de nous, je citerai le Cactus de 2007 qui a enfanté la C4 Cactus qui, depuis, a été dénaturée. C’était une idée folle qui est arrivée trop tôt où qui n’a pas su conserver la fraîcheur du projet. Mais grâce à Citroën, il nous a fait rêver !

Vedettes de 2019, les concept-cars du Centenaire.

Tu abordes aussi, bien entendu, les prototypes des consultants extérieurs, que faut-il en retenir, et qu’ont-ils apporté de particulier aux chevrons ?

Bertone reste sans aucun doute le plus créatif des consultants. Le studio italien a su profiter de l’absence d’un patron de style chez Citroën de 1975 à 1980 pour entrer dans la bergerie. Avec l’italien Marcello Gandini puis le français Marc Deschamps, Bertone a réellement façonné le style des Citroën des années 1980-1990.

 

Dans le domaine, très secret, des concepts qui n’ont jamais vu le jour, Citroën est-il plus ou moins dans la moyenne ?

Un concept car, le C4 «Volcane», devait être présenté au public en 1998. Mais Claude Satinet, patron de l’époque, l’a bloqué et renvoyé aux avant-projets. Il est resté secret, non dévoilé au public, mais il a donné naissance à la Citroën C4 de 2002. Les concept-cars sont généralement conçus pour être révélés au public et servir de véritable test, pour une identité de style, un concept, etc. Citroën a par contre réalisé de nombreux concepts secrets dans les années 1950-1960 qui n’ont pas été présentés et n’ont pas plus donné naissance à un véhicule de série.

Les véhicules d’études, cela c’était avant.

Si l’on devait résumer en une phrase la ligne directrice qui préside au style de Citroën, laquelle serait-elle ?

Innover, toujours. Et souvent, en partant d’une page blanche pour chaque projet… Citroën n’a pas le syndrome de la «Golf» et ne se contente pas de faire évoluer un style : il le révolutionne !

 

Avec une grande interview de Jean-Pierre Ploué, une place importante est accordée aux hommes dans tes différents portraits, mais où sont les femmes ?

Elles prennent de plus en plus de place, et c’est naturel. Et pas seulement aux «Couleurs et matières». On voit des femmes chefs de produits, responsables à tous les niveaux. Au style, il est vrai que la concurrence, notamment Audi et BMW, fait plus souvent appel aux designers et aux modeleurs physiques, maquettes «Clay», féminins. Mais cela change.

Les concept-cars, cela c’est maintenant et demain !

Il est exceptionnel et pas seulement pour son prix élevé de 89 euros, je crois savoir que ce livre est un tirage limité, pourquoi ?

Le thème est très spécialisé. Aujourd’hui, un «beau» livre automobile s’adresse à un lectorat réduit. L’investissement est élevé et la distribution toujours délicate. Mais 89 euros pour 356 pages reste dans la moyenne basse des ouvrages de ce type. Mais, c’est vrai que la moitié déjà a été vendue.

Ceux qui viennent d’ailleurs, les véhicules des consultants.

Il me semble que tu as signé pour deux livres en 2020 sur le même concept chez cet éditeur, sur Peugeot et Renault c’est bien cela ? Où en sont tes recherches ?

Les premiers textes du deuxième tome de cette collection, «Concept-cars et prototypes d’études Renault», ont été envoyés la semaine dernière. Je commence très bientôt une longue série d’interviews et le livre racontera le style Renault au cours de trois périodes : Juchet / Opron, Le Quément et Van Den Acker. L’histoire du bureau de design sera épluchée comme celle de Citroën. La parution est programmée pour mai 2020. L’opus concernant Peugeot devrait suivre pour la fin 2020.

Du style au design, toute une passionnante épopée.

Christophe, tu animes aujourd’hui le site spécialisé «lignesauto.fr», quels sont les sujets particuliers en préparation ?

Le site lignesauto.fr connait une croissance assez incroyable pour un site spécialisé. Il comptabilise une moyenne de 3700 pages vues chaque jour ! Je suis seul à m’en occuper, alors je privilégie les interviews, 8 000 vues pour celle de Gilles Vidal patron du style Peugeot en une semaine, et aussi les sujets non traités par les concurrents, comme l’hommage aux femmes et hommes qui travaillent la «Clay» pour la réalisation des maquettes de style. Le site compte pas mal de vidéos également et beaucoup de sujet d’archives. Le tout est entièrement gratuit mais je cherche un partenaire pour m’épauler financièrement.

 

Propos recueillis par Philippe Colombet

 

 

Fiche technique

«Concept cars et prototypes d’études Citroën»

356 pages

24 x 28 cm

Format à l’italienne

Plus de 520 photos

Disponible chez BJB Editions

www.bjbeditions.com/products/concept-cars-et-prototypes-detudes-citroen

Numéro ISBN : 978-2-955578056

 

 

Pourquoi nous aimons : texte expert, rédaction très agréable, format idéal, illustrations et photographies vraiment inédites.

Nous aimons moins : prix.

Note: trois étoiles sur trois étoiles.

 

 

Nous en reparlerons

Indispensable, la cote des «Young Timers»

C’est le hors-série indispensable pour ceux qui souhaitent, par exemple, débuter dans l’univers des voitures de collection. «La cote des Young Timers», plus de 350 modèles s’il vous plaît, est le guide qui évite de faire des faux pas, pour seulement 6.40 euros. C’est très raisonnable. C’est, bien entendu, édité par le numéro 1 de la presse automobile de collection, les incontournables éditions «La Vie de l’Auto». Et vous avez deviné celle qui fait la couverture ? La convoitée Renault Clio V6, 40 000 à 44 000 euros tout de même !

www.lva-auto.fr

 

À revivre, le Grand Prix de Monaco

Le premier Grand Prix de Monaco s’est déroulé en 1929 avec la bénédiction de la famille princière. Son circuit tracé dans les rues de la principauté en fait un évènement unique sur le calendrier de la Formule 1. Entre superbes palais de la Belle Époque, gratte-ciel futuristes et grands yachts ancrés dans le port, cette course est réputée pour être redoutable, complexe et dangereuse. Le livre met en lumière la splendeur de ce Grand Prix avec ses mystères et les personnages de son histoire.

www.editions-etai.fr

 

Nostalgie, les quatre-temps Motobécane

Motobécane, c’est la Mobylette devenue universelle qui a conquis le monde grâce à ses quatorze millions d’exemplaires. Des blocs anglais Jap et Blackburne à la célèbre D45 en passant par le petit monocylindre 125 cm3 à soupapes latérales, tous les genres sont représentés. Populaires avec leur «Poum poum» qui ont bercé notre enfance ou machines extraordinaires avec les quatre cylindres 750, et la 500 Bloc S Grand Sport, elles représentent la diversité et l’excellence de la production motocycliste française. Monocylindres latéraux, culbutés ou à arbre à cames en tête, 50 à 750 cm3, tourisme tranquille ou trajet travail, sport, vitesse, trial ou endurance, les quatre-temps ornés des têtes de Gaulois sont partout. Présentes dans tous les rallyes, elles sont en majorité dans les collections, gage de la cote d’amour envers ces attachantes machines. Grâce à une iconographie inédite et à des recherches approfondies, l’auteur nous livre un album qui dépasse le cadre des ateliers Motobécane. Au-delà de la description fidèle des différents modèles, Patrick Barrabès dresse un portrait de ce que fut la moto hexagonale et la vie quotidienne des Français pendant la traversée des Années folles aux Trente Glorieuses, où rares sont les familles qui ne possédaient pas une moto construite à Pantin.

www.editions-etai.fr

 

Source : éditeurs par Philippe Colombet

Source : éditeurs par Philippe Colombet