Fermer
Retour à l'antibrouillard

Les belles lectures de l’Oncle Philippe
Icone de twitter
CCFA_Auto
🏆 Les Peugeot 208 et 2008 en tête de leurs catégories au Women’s World Car of the Year 👏👏 👉 @Peugeot... ccfa.fr/actualites/les…  #Peugeot #Peugeot2008 #Peugeot208 #WomenWorldCaroftheYear
Icone de twitter
CCFA_Auto
La Maserati Ghibli “Hybrid” arrive en concessions 👉 @Maserati_HQ @Stellantis @Am__today @le_Parisien @Le_Figaro @LaTribune @Auto21news @afpfr... ccfa.fr/actualites/la-…  #Ghibli #Hybride #Maserati
Icone de twitter
CCFA_Auto
Iveco va fournir 100 camions alimentés au gaz naturel à Gruber Logistics 👉 @IVECO @CNHIndustrial @Stellantis @Am__today @le_Parisien... ccfa.fr/actualites/ive…  #Accord #Camions #GNL #Iveco
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Les belles lectures de l’Oncle Philippe

Culture vroum #Les belles lectures de l’Oncle Philippe - #livre - #Peugeot

Autour du livre «Les Peugeot les plus emblématiques»

«La photo d’action de la 205 GTi est de mes préférées»

 

Avec Nicolas Delpierre, un photographe côté coulisses

 

Derrière ce livre, il y a un photographe de talent aux côtés de l’auteur, bien connu, qui l’a rédigé. Rencontrons le…

 

«1950-2010, les Peugeot les plus emblématiques», le superbe cabriolet 504 est en couverture, tout est dit !

 

 

Propos recueillis par Philippe Colombet

 

Flash-back. «Merci, merci et merci. Ouf ! Le livre ‘les Peugeot les plus emblématiques’ est enfin parti à l’imprimerie pour voir le jour fin mars si tout va bien. Pour l’illustrer de 250 photos inédites, le pauvre Nico Delpierre, véritable héros des temps modernes, a dû braver le froid et les éléments déchaînés, la Covid, le couvre-feu, le confinement, et quelques voitures qui ont déclaré forfait au dernier moment», précise notre ami Patrice Vergès l’auteur de ce nouveau livre parmi les plus attendus en ces premiers mois de l’année 2021.

 

De nombreux collectionneurs se sont rendus disponibles

Juste avant d’enchaîner : «Fort heureusement, il a eu la chance de rencontrer une bonne douzaine de passionnés de Peugeot que nous remercions infiniment pour leur disponibilité. Mille mercis à Marc propriétaire de la magnifique et rare 203 cabriolet de 1952, à Francis qui dans l’urgence absolue à cause du bouclage s’est rendu disponible avec sa 403-8, à Patrick pour ses superbes 404 et 504 berline et à Max pour son sculptural coupé 404. Nos chaleureux remerciements à Stéphane pour son remarquable cabriolet 504 2 litres, à Jean, et à sa charmante épouse, venus, malgré le vent glacial, au volant de son cabriolet 204 rouge, à Gérard dont la 604 Turbo Diesel semble encore plus neuve que si elle sortait de chez le concessionnaire Peugeot. Toute notre gratitude à Laurent et sa 205 GTi 1.9 l 130 ch, rarissime série limitée ‘Griffe’, à Edmond et sa 505 GTi Turbo 160 ch, à Patrick pour sa 206 CC 2 litres et à Philippe pour sa RCZ 200 THP noire et à Marc pour son coupé 406 V6 de 2001. Merci à ceux qui nous ont proposé leur voiture notamment leur 403 suite à notre SOS lancé sur les réseaux sociaux et dont l’éloignement ou un planning trop serré nous ont empêchés de les photographier. Encore merci pour votre passion qui fait chaud au cœur. Rendez-vous le 31 mars chez l’éditeur E-T-A-I pour la sortie de cet ouvrage». Ces mots de notre ami Patrice Vergès à la plume experte nous ont, bien entendu, donné l’envie de mettre un photographe de talent , son quotidien, ses joies, ses combats, ses peines et ses tuyaux sur le «Grill» des questions du magazine «Antibrouillard» du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles. Écoutons-le alors…

 

Nicolas Delpierre, «Nico» pour les intimes, un photographe aussi souriant que talentueux, la passion en prime.

 

 

Commençons, tout d’abord, par une question un peu plus personnelle… Parlez-nous un peu de vous, quel est votre parcours personnel, comme professionnel ?

Bonjour Philippe et merci pour ce coup de projecteur. J’ai tout d’abord commencé une carrière dans l’informatique en tant que technicien. J’ai eu une dernière expérience professionnelle passablement négative qui m’a poussé à tenter le coup dans la photographie de concerts en premier lieu et très rapidement j’ai pu évoluer dans l’automobile en parallèle. Coté personnel, mon père est passionné de sports mécaniques en général et de rallye plus particulièrement, il est également photographe amateur ce qui m’a amené à manipuler très tôt son boitier…

 

Cher Nico, quelle a été votre première émotion liée à l’automobile ?

Je dormais dans une poussette dans un champ de betterave pendant le rallye du Touquet, une Saab Group B dans un jeu des 7 familles me faisait rêver, les Ford GT40 me rendaient dingues également…

 

2020 fut une année particulière pour beaucoup, notamment pour vous avec des conditions particulièrement difficiles pour réaliser les photographies de ce livre sur Peugeot, vous nous racontez les moments les plus épiques ?

Nous avons initié ce projet avec Patrice et E-T-A-I au mois de février 2020, le temps nécessaire en moyenne est de 3 à 4 mois. Là, il a fallu jongler avec les confinements, les couvres feu, la météo évidemment mais également en bonus j’ai été deux fois «Cas contact», deux propriétaires ont été atteint par la Covid (sans hospitalisation)… J’ai donc terminé le dernier shooting le 25 décembre…

 

Et les plus belles satisfactions ?

Réussir à trouver la totalité des autos dans un rayon de 200 kilomètres autour de Marseille, la passion commune des propriétaires et leur gentillesse.

 

Avez-vous ressenti une émotion particulière avec l’une de ces Peugeot, laquelle et pourquoi ?

Toutes les autos sur lesquelles je travaille me procurent une émotion particulière mais si je ne devais en retenir qu’une seule ce serait la 205 GTi. J’ai pu conduire la noire pour aller du garage au lieu de shooting, ces quelques kilomètres m’ont totalement enchanté.

 

Avec la Peugeot 205 GTi une nouvelle époque s’ouvrait.

 

 

Cher Nico, tant elles sont toujours très complexes à réaliser avec succès, accepteriez-vous de nous donner quelques-uns de vos secrets pour réussir de belles photographies de voitures ?

J’essaie toujours d’imaginer comment le designer qui a dessiné l’auto souhaiterait la voir en photo, trouver l’angle qui la met le plus en valeur. Côté technique, un filtre polarisant est l’outil indispensable. Mais le meilleur conseil est d’utiliser ses genoux à bon escient afin de se mettre au niveau de la voiture.

 

Quelles erreurs faut-il absolument éviter pour ne pas rater une photographie de voiture ?

Déjà être certain de l’état cosmétique d’une auto avant d’effectuer un déplacement, se faire envoyer des photos les plus récentes possibles. Ensuite chaque situation est particulière que ce soit niveau lumière, environnement, conditions climatiques… J’essaie de m’éviter un maximum de retouches dès la prise de vue en plaçant la voiture le plus judicieusement possible dans le décor proposé.

 

Nico, c’est peut-être celle de la couverture, s’il ne fallait retenir qu’une seule de vos photographies de ce livre laquelle serait-elle et pourquoi ?

Une seule ? C’est compliqué ! Au niveau symbolique le duo 203 cabriolet / 406 coupé représente à mon sens l’évolution de la marque à travers les âges. Sinon la photo d’action de la 205 GTi fait partie de mes préférées.

 

Peugeot 203 cabriolet ou Peugeot 406 coupé, mon choix est fait, qui plus sans une seconde d’hésitation, et vous ?

 

 

Comment trouvez-vous l’inspiration ?

Je ne sais pas vraiment pour être honnête, je regarde évidemment ce que produisent mes confrères mais pas trop afin de ne pas tomber dans le plagiat. Il faut à chaque prestation s’adapter à l’environnement en un clin d’œil, on ne dispose parfois que de très peu de temps pour réaliser la totalité des prises de vues nécessaires (mon record personnel est de 20 minutes). C’est donc un mélange d’expérience, de connaissances techniques et de parvenir à voir quelque chose de beau là où on ne l’attend pas forcément.

 

Vous est-il déjà arrivé d’être en panne d’inspiration ?

On ne peut pas vraiment se le permettre, lorsqu’un client me «booke» pour une prestation trois semaines à l’avance, je navigue à l’aveugle totalement mais le client lui attend quoiqu’il arrive un résultat de qualité.

 

Avec la Peugeot 404 coupé, l’élégance est au rendez-vous.

 

 

Je crois savoir que comme dans la photographie de mode l’on peut parler de préparation cosmétique d’une voiture avant d’être photographiée, GS 27, Holts, Meguiar’s ou Sonax par exemple, quels sont vos produits de beauté automobile préférés ?

J’ai la chance de compter la société Meguiar’s parmi mes clients, ils m’ont fourni un kit complet me permettant de préparer un véhicule en 20 minutes. Leur shampoing sans eau est un produit particulièrement efficace, je ne me déplace jamais sans.

 

Nico dites-nous, travailler avec Patrice Vergès c’est comment ?

C’est un réel plaisir de collaborer avec Patrice, c’est une véritable encyclopédie de l’automobile sur pattes. J’adore écouter ses anecdotes et ses retours d’expériences. Nous arrivons systématiquement à nous adapter lorsque je ne parviens pas à trouver un modèle que nous avions présélectionné, il sait réagir rapidement. Bref, ne change rien mon bon Patrice…

 

Plongeons un peu dans le passé, quelle a été votre première émotion liée à Peugeot ?

La première Peugeot que j’ai conduite fut une 205 XAD société au début de ma carrière dans l’informatique, rien de bien palpitant je vous l’accorde, par contre les 205 T16 Group B, l’épopée rallyes raids avec les 405, les 905 et 908 au Mans, les frères Panizzi et leur 306 maxi m’auront marqué à jamais.

 

Tout un symbole, la Peugeot 504 cabriolet, emblématique !

 

 

Quel est votre plus beau souvenir de route au volant d’une Peugeot et pourquoi ?

Tout récemment au volant de la 205 GTi avec ma douce Florence en copilote. Je suis né en 1977, j’ai toujours vu des 205 mais je n’avais jamais eu l’opportunité de me mettre au volant de la GTi, merci encore à Laurent (de la société AEH à Mougins) pour cette expérience marquante.

 

Nico, vous êtes un photographe de talent, un expert très attendu, quel sera maintenant votre prochain livre ?

Merci beaucoup mais je vais rougir après… Je ne peux pas encore dévoiler le sujet du prochain, mais ce sera cette fois de la compétition automobile pure et dure.

 

Aux côtés des livres, participez-vous à la presse magazine automobile ?

Je travaille depuis sa création avec «Mustang & Shelby Magazine» et Jean Pierre Versini, j’effectue quelques piges occasionnelles avec «Motorsport Mag» également.

 

Nico, pour terminer, y a t-il d’autres domaines, d’autres sujets en dehors de l’automobile sur lesquels le photographe que vous êtes aimerait publier un livre ?

Lorsque nous reprendrons une vie normale, je compte bien reprendre la photographie de concerts, mon fantasme photographique ultime serait de réaliser des prises de vues de la Terre depuis l’espace mais je crois que j’ai passé l’âge pour l’entrainement…

 

Peugeot, une histoire française, voici un livre qui va rester longtemps gravé dans la mémoire de nombreux lecteurs.

 

 

 

Accroche :

«Le meilleur conseil est d’utiliser ses genoux à bon escient afin de se mettre au niveau de la voiture», Nicolas Delpierre.

 

 

Nous en reparlerons

 

Un passionnant trimestriel dédié au design automobile

Le passionnant site Internet «lignesauto.fr» de notre ami Christophe Bonnaud, dédié au design automobile, publie la deuxième édition de son trimestriel. Un ouvrage de 130 pages, en français et en anglais, proposant notamment un dossier sur les nouvelles ambitions de Renault à l’horizon 2025 et un portrait de Jean-François Venet, qui marqua le design d’Opel et de Renault. Cette petite encyclopédie du design automobile publié tous les trimestres fait donc la part belle aux portraits de designers comme Jean-Pierre Ploué chez PSA, Bruno Sacco chez Mercedes, Jean-François Venet chez Opel et Renault. Il consacre donc ici son dossier à la marque Renault avec les nouvelles ambitions pour 2025, le projet Berlinette Z11 – 2001, l’Avantime phase 2 de 2000, le Scénic II 4×4 inédit, le projet Alpine Gordini de Gaston Juchet de 1966. C’est passionnant et, pour nous, incontournable (28 euros).

www.lignesauto.fr

 

1969-1974, Simca en compétition par Patrick Affouard

Entrez au cœur de l’écurie «Chrysler France» en compagnie d’Henri Chemin, son charismatique et infatigable patron. Découvrez comment Simca, fleuron de l’industrie automobile française aujourd’hui disparu, a occupé le devant de la scène en course automobile entre 1969 et 1974 sous l’impulsion de deux transfuges de Ford France. Comment ce constructeur de berlines familiales a créé en cinq mois une voiture de rallye révolutionnaire, la Simca CG à moteur central, capable de rivaliser et de battre les meilleures autos du moment. Comment Bernard Fiorentino, le pilote usine, est devenu un redoutable et redouté chasseur d’Alpine Renault tout en brillant au Monte-Carlo avec la Simca 1100 S de «Monsieur Tout-le-Monde». Ce livre est une rétrospective sur l’hégémonie des monstrueuses Barracuda et Hemicuda du groupe Chrysler, qui ont régné sans partage en Groupe 1 sur les circuits et courses de côte pendant cinq saisons ébouriffantes. On y apprend comment des centaines de jeunes pilotes débutants ont, au travers d’opérations de promotion originales baptisées «Challenge Simca», «Simca Racing Team» ou «Coupe Simca Sport 2 litres», réalisé des prouesses au volant de Simca 1000 ou de barquettes sport prototype et, pour certains, gravé leur nom au Panthéon de la course automobile. L’auteur, journaliste du «Parisien Aujourd’hui en France» pendant plus de trente ans, Patrick Affouard se consacre aujourd’hui à l’écriture de livres sur l’automobile, sa passion née de ces jeudis passés à jouer au milieu des radiateurs et des presses bruyantes de la chaudronnerie familiale d’Asnières. De sa rencontre avec Henri Chemin, lors d’un rassemblement du «Mustang Club de France» sur le circuit du Mas du Clos, est né en 2012 un premier ouvrage, intitulé «Mustang, le temps des copains». Mais l’ex-patron des relations publiques de Ford France et de l’écurie éponyme ayant eu plusieurs vies, aussi trépidantes les unes que les autres, il était vraiment légitime de voir paraître un jour ce deuxième opus, consacré cette fois au directeur du département compétition de Simca et créateur de l’écurie «Chrysler France» (176 pages, 300 photos, format 240 x 290 mm, 44.00 euros TTC, parution du 10 février 2021).

www.editions-etai.fr

 

Le guide «VéloSolex» par Sylvie & Franck Méneret

Né en 1940, le VéloSolex est ancré dans toutes les mémoires. Après avoir motorisé plusieurs générations, le voilà devenu objet de collection. Découvrez l’histoire de ce moyen de locomotion emblématique de toute une époque ! Dans cet ouvrage sont présentés les différents critères, la silhouette, les détails techniques et les couleurs qui permettent de reconnaître son Vélosolex. Un chapitre est spéciquement consacré aux étapes des petites interventions telles que changer une ampoule ou régler les freins. Vous suivrez aussi des interventions plus importantes : entretien, tests divers ou réfection du moteur. Ce guide est également complété de nombreuses photographies en couleurs. Les auteurs sont des habitués pour les lecteurs du magazine «Antibrouillard» du CCFA. Sylvie et Franck Méneret collectionnent les VéloSolex depuis plus de quarante ans, c’est dire s’ils les connaissent bien ! Ingénieurs de formation, ils maîtrisent aussi très bien la technique de cette bicyclette «qui roule toute seule» pour en avoir restauré de nombreux modèles. Ils sont connus dans l’Europe entière pour leur passion du VéloSolex et sont en contact avec des collectionneurs américains, australiens, japonais, etc. Ils sont les auteurs de nombreux livres historiques et techniques édités chez E-T-A-I, des ouvrages appréciés pour leur aspect pédagogique et richement documentés (192 pages, 800 photos, format 190 x 250,

37.00 euros TTC, parution du 10 février 2021).

www.editions-etai.fr

 

Source : éditeurs par Philippe Colombet

Source : Philippe Colombet

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.