Fermer
Icone de twitter
UTACCERAM Icone de retweet
RT @UTACCERAM: Malgré la période de confinement, UTAC CERAM poursuit sa politique de croissance ambitieuse Nous maintenons nos
Icone de twitter
Groupe_Renault Icone de retweet
RT @Groupe_Renault: On we talk about MotorsportsWinking face and particularly Did you know that most of our @RenaultF1Team #Fridays #F1
Icone de twitter
GroupePSA Icone de retweet
RT @GroupePSA: Le 2019 du est en ligne ! Pour la 5ème année consécutive, le Groupe reçoit le niveau « Advanced » #RapportRSE #GroupePSA
VOIR SUR TWITTER
Derniers tweets

Le Cyprus Institute Solar Car Challenge, ou le rêve de la voiture solaire

Lignes d'arrivée

Le Cyprus Institute Solar Car Challenge s’est tenu le 23 juin à Nicosie, la capitale de Chypre. Durant trois heures, les dix véhicules engagés dans la course ont tourné à plusieurs dizaines de kilomètres/heure sur un parcours balisé dans les rues de la cité chypriote, alimentés uniquement par les rayons du généreux soleil méditerranéen. C’est la voiture Hyperion 3 développée par l’école technique d’Avgorou (sud-est) qui l’a emporté.

Les voitures électriques solaires, généralement moins autonomes que leurs homologues à essence ou au gaz, sont particulièrement intéressantes pour les îles comme Chypre, petit territoire qui a un des taux de motorisation les plus élevés de l’Union européenne, avec 595 voitures pour 1 000 habitants (chiffres Eurostat). En 2016, sur près de 28 000 voitures particulières neuves immatriculées, seules 22 étaient alimentées par des sources d’énergie alternatives.

La majorité des participants au Cyprus Institute Solar Car Challenge n’ont dépensé qu’environ 8 000 euros pour réaliser leur prototype fonctionnant à l’énergie solaire.

« Nous voulions que tout le monde puisse participer et nous avons limité le coût des véhicules à 20 000 euros »

, a expliqué à l’AFP Aristides Bonanos, professeur à l’Institut de recherches Cyprus Institute. Un impératif qui fait l’originalité et le charme de la compétition chypriote, loin des centaines de milliers d’euros des voitures solaires concourant dans une course de 3 000 km en Australie, qui réunit principalement de grandes universités aidées par des industries.

D’autres îles s’intéressent aux véhicules électriques alimentés au soleil. Des voitures chargées grâce au surplus d’énergie généré par les panneaux solaires installés sur le toit des bâtiments publics doivent être proposées cette année en autopartage sur l’île française de Belle-Ile-en-Mer. Un programme similaire est développé sur l’île portugaise de Porto Santo.

Source : AFP

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES