Fermer
Retour à l'antibrouillard

Jim Farley veut accélérer le redressement de Ford
Icone de twitter
autodrome_LM Icone de retweet
RT @autodrome_LM: Et voici les deux véhicules sécurité de ce samedi : deux superbes @alpine_cars A110, en partenariat avec
Icone de twitter
F1 Icone de retweet
RT @F1: Those elevation changes 😙👌 🇵🇹 #PortugueseGP #F1
Icone de twitter
alpine_cars Icone de retweet
RT @alpine_cars: Les Alpes : terrain de jeu favori de l’ septembre dernier, des passionnés Alpine se sont rassemblés pour #AlpineA110
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Jim Farley veut accélérer le redressement de Ford

Zoom #Direction - #Ford - #Jim Farley - #Stratégie

Le nouveau directeur général de Ford, Jim Farley, a promis le jour de sa prise de fonction le 1er octobre que le constructeur américain agirait vite, répondant aux critiques des investisseurs et des analystes sur la vitesse à laquelle son prédécesseur, Jim Hackett, a agi. Il a également annoncé des changements en termes d’organisation.

La promesse de Ford d’accélérer son redressement n’est pas nouvelle alors qu’il met en œuvre un plan de restructuration d’un coût de 11 milliards de dollars. Nommé directeur des opérations du constructeur américain en février, M. Farley a promis un retour plus rapide à des bénéfices robustes. Il a été officiellement choisi pour succéder à M. Hackett au mois d’août.

« Au cours des trois dernières années, sous la direction de Jim Hackett, nous avons fait des progrès significatifs et avons ouvert la porte pour devenir une entreprise dynamique et connaissant une croissance rentable. Il est maintenant temps de nous engouffrer dans cette porte”, a déclaré M. Farley dans un communiqué publié le 1er octobre.

Certains analystes de Wall Street ont reproché à M. Hackett et à Ford de ne pas aller assez vite dans la restructuration de l’entreprise. À la fin du deuxième trimestre, le constructeur basé à Dearborn, dans le Michigan, n’avait inscrit que 3,9 milliards de dollars de charges de restructuration sur les 11 milliards prévus.

Ford a réaffirmé le 1er octobre qu’il visait une marge d’exploitation de 8 %, ce qui constituait un objectif 2020 avant que la crise du coronavirus ne survienne. Il avait affiché une marge opérationnelle de 4,1 % en 2019, mais celle-ci est tombée à – 4,8 % au premier semestre en raison de la pandémie.

Par ailleurs, Ford a annoncé que John Lawler allait succéder à Tim Stone au poste de directeur financier. M. Lawler était dernièrement à la tête de la filiale Ford Autonomous Vehicles et directeur en charge des partenariats dans le domaine de la mobilité. ; il avait précédemment dirigé les activités de Ford en Chine pendant près de quatre ans. Directeur financier de Ford depuis juin 2019, M. Stone devait quitter le constructeur le 15 octobre et rejoindre la société de logiciels d’intelligence artificielle ASAPP en qualité de directeur des opérations et directeur financier.

Ford a également indiqué qu’il séparerait les responsabilités pour la marque Lincoln et le marketing afin de donner davantage de poids à chacune. Joy Falotico, qui cumulait ces deux responsabilités, se concentrera sur Lincoln une fois qu’un directeur du marketing aura été nommé, dans le but d’accélérer la croissance de la marque de haut de gamme.

M. Farley a exposé ses objectifs lors d’une rencontre virtuelle avec l’équipe mondiale de Ford le 1er octobre. Il a indiqué que la société allouerait des capitaux à des activités solides et à forte croissance, comme les pick-ups Série F et les activités commerciales. Le constructeur ajoutera également des véhicules plus abordables à sa gamme mondiale, construira des véhicules électriques à grande échelle et développera ses activités autour des véhicules autonomes, a-t-il déclaré. Le processus de décision passera en outre au niveau régional.

Dan Levy, un analyste du Credit Suisse, a salué la détermination de M. Farley et la promotion de M. Lawler, et déclaré que les investisseurs attendraient plus de communications de la part de la nouvelle équipe dirigeante.

Ford a pris des initiatives pour réduire ses coûts au niveau mondial et il a annoncé récemment qu’il voulait supprimer 1 400 postes de cols bancs aux Etats-Unis d’ici à la fin de l’année. L’année dernière, le constructeur a supprimé 7 000 emplois dans le monde et annoncé son intention de supprimer 12 000 emplois supplémentaires et de fermer des usines en Europe. Il a également restructuré ses activités en Chine et en Amérique du Sud.

Ford avait auparavant indiqué qu’il s’attendait à être dans le rouge cette année en raison de l’impact de la pandémie de coronavirus. Il prévoit un bénéfice avant impôts compris entre 500 millions de dollars et 1,5 milliard de dollars au troisième trimestre, et une perte au quatrième trimestre, période au cours de laquelle il doit lancer plusieurs nouveaux véhicules.

Source : REUTERS (1/10/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES