triangle orange
Antibrouillard Télécharger le PDF
Icone
triangle bleu
@Auto

Interview de François Allain – présentateur de Vintage Mecanic

#Citroën - #François Allain - #Journaliste - #Radio - #télévision - #Tour Auto - #Vintage Mecanic

On ne va pas refaire son CV complet (trop long), mais François Allain, on le voit régulièrement à la télé, dans Vintage Mecanic sur RMC Découverte, mais aussi dans Turbo, dès qu’il faut parler des anciennes. En dehors du petit écran, on peut également lire ses livres, où il parle indifféremment de DS, Citroën ou de Peugeot. Il est également éditeur.

François Roudier : Bonjour François Allain, comment es-tu venu à l’automobile ?

Je n’ai pas vraiment d’antécédents dans ma famille, la voiture c’était un engin de déplacement donc pas de lien direct avec quelqu’un qui m’aurait inculqué le virus. J’avais juste un cousin par alliance, que j’adorais, Roger Brioult, fondateur de la Revue Technique Automobile et des éditions ETAI.


 

 

Roger était quelqu’un chez qui j’allais assez régulièrement quand j’étais petit. Et comme Obélix qui était tombé petit dans la marmite. Quand je me suis retrouvé chez Roger, au milieu de voitures anciennes et d’une documentation pléthorique, il y a eu un tilt. A chaque fois, c’était un pèlerinage. Il était à la fois collectionneur, journaliste et auteur, et c’est drôle, parce que sans y penser, je suis aussi devenu collectionneur, journaliste et auteur ! Il était passionné par plein de choses, et notamment par Citroën. Je n’ai pas vraiment de marque préférée, mais c’était un de mes points communs avec lui.

 

 


François Roudier : Aurais-tu pu être journaliste sur un autre sujet ?

Oui, j’aurais pu être journaliste rock, par exemple. Le cinéma aussi, puisqu’au départ j’ai fait des études de cinéma. Je suis arrivé dans le journalisme un peu par hasard, je n’y étais pas programmé mais c’est ma passion qui a pris le dessus. Transformer sa passion en métier, c’est quand même la chose la plus géniale qui puisse arriver. J’ai commencé par le biais des clubs, et puis rapidement, je me suis dit que ce serait bien de pousser un peu plus loin. J’ai abandonné en cours de route mes études de cinéma et commencé à écrire pour Auto Rétro, et puis dans le groupe Hommel, dans le groupe La Vie de l’Auto et j’ai écrit pour pratiquement tous les magazines de presse spécialisée. En 1995, je suis entré à l’Auto Journal pour avoir des revenus plus stables et j’y suis resté une petite dizaine d’années. Et puis, comme ça ne correspondait pas à la forme de journalisme automobile que j’avais envie de faire, je suis passé à autre chose. J’ai alors rencontré, en 1998, Dominique Chapatte qui m’a proposé de rejoindre son équipe, parce qu’il voulait relooker une petite émission qui s’appelait Warning.

C’était un petit module conso pratique après Turbo, dont je me suis occupé pendant deux saisons. Je suis donc allé à bonne école ! C’est Dominique qui m’a mis le pied à l’étrier en matière de télé où j’ai navigué sur d’autres chaines et bossé pour pas mal d’émissions. En 2008, Dominique me rappelle parce que Turbo allait changer de format et passer d‘une demie heure à une heure, donc évidemment, il fallait doubler la durée des sujets et étoffer l’équipe. J’ai accepté avec grand plaisir et j’ai travaillé avec eux. J’y travaille encore mais uniquement pour faire de la co-présentation avec Dominique, sur les émissions à conation historique. C’est un vrai bonheur pour moi de présenter, avec lui, l’émission sur Rétromobile, le Tour Auto Optic 2000, le Mans Classique, etc…

J’aime faire découvrir les choses inédites aux gens : pour moi, la partie intéressante, ce sont les coulisses des collections ou des musées. C’est un peu devenu ma marque de fabrique. La télé, est là, le media formidable et irremplaçable. On emmène les gens et ils sont vraiment dans le secret des alcôves.

 

François Roudier : On te voit maintenant très souvent sur nos écrans grâce à Vintage Mecanic ; comment as-tu remporté la présentation de ce programme ?

En 2015, se crée ce qui allait devenir Vintage Mecanic pour RMC Découverte. Il y a un casting et rapidement, la production veut que ce soit moi qui m’occupe de l’émission. J’ai été très flatté évidemment et sans jouer les prétentieux, j’avais peut-être des arguments que d’autres n’avaient pas. J’avais la chance d’avoir un CV qui correspondait à ce qu’ils voulaient. J’étais à la fois collectionneur, je savais quand même un minimum mettre les mains dedans et j’étais auteur avec 16 ou 17 bouquins à mon actif. De plus, ils ont compris la différence entre écrire 1 bouquin ou 2 sur le modèle ou la marque qu’on connait par cœur (ce qui est totalement louable !) et passer au vrai stade de découvreur d’histoire et donc d’écrire sur toutes les marques et de faire du nouveau. Moi, ce qui m’a toujours plu, c’est de faire un sujet vierge. J’ai écrit des bouquins sur la 2CV, évidemment je ne suis pas le premier mais j’ai aussi écrit des bouquins sur la Méhari ou la 504 par exemple. Et j’ai même édité une livre sur la Monica ! En tant qu’éditeur, il faut être un peu fou d’éditer un bouquin sur une voiture qui a été fabriquée à 28 exemplaires !

 

Je crois que c’est ça aussi la folie de la voiture ancienne, c’est que c’est un métier de passion. Et quand Vintage Mecanic s’est créé, le fait d’être journaliste avec une longue expérience en presse écrite, spécialiste en voitures anciennes, collectionneur et surtout habitué à l’antenne, a forcément joué en ma faveur. J’ai cette chance d’y être à l’aise et de ne pas avoir le trac – j’ai beaucoup de copains qui sont comédiens ou présentateurs, qui l’ont ! Moi j’ai cette chance extraordinaire. Ce sont des éléments qui tombaient bien.

 

 

 

François Roudier : Tu es collectionneur, mais on voit aussi, dans tes interventions, que tu as envie de faire partager ta passion ?

C’est ça. Je pense que le but, et je n’arrête pas de le dire, c’est de créer un univers de partage. Si c’est pour rouler dans son coin, tout seul, ça n’a pas grand intérêt. On a une réunion qui a lieu tous les dimanches depuis plusieurs années Place Vauban dans le 7ème arrondissement de Paris, qui s’appelle le Rendez-vous des Bannies. C’est aussi une manière de se retrouver, sans chichis, les dimanches entre 10 h et 12 h, d’aller boire un café et de discuter, etc… C’est tout bête. Mais c’est ça aussi la convivialité de la voiture ancienne. Les musées permettent, bien sûr, de conserver et de montrer les voitures mais le problème, c’est que ça reste la plupart du temps très statique. Certains musées et collections font tourner les véhicules dans des expositions ou des manifestations. C’est formidable ! En France, au-delà de la Cité de l’Automobile à Mulhouse, pour les marques françaises, on a le musée Peugeot, outil formidable, mais qui est à Sochaux. Logique historiquement, mais en termes de lieu, ce n’est pas central. Et puis il y a Renault et Citroën, qui ont eux aussi des collections extraordinaires mais pas forcément dans des lieux faciles d’accès. C’est important que nos voitures anciennes sortent. Et là, on rejoint l’audiovisuel. La télé est la meilleure manière de donner des images fraîches et concrètes aux gens, et de leur montrer le côté vivant des choses.

François Roudier : Justement, pour attirer d’autres personnes que les passionnés sur Vintage Mecanic, comment as-tu fait ? Quelle est la recette ?

Le but de Vintage Mecanic c’est d’attirer le plus grand nombre. D’abord, pour que l’émission soit viable, bien sûr. Mais là où on a eu un coup à jouer, c’est de trouver le bon équilibre pour que l’émission plaise aux gens qui sont déjà des passionnés et aussi à ceux qui ne le sont pas encore. Dans nos sujets, il y a des types très différents de restauration d’anciennes. Cela va du très haut de gamme à la simple voiture de base, parce que, les téléspectateurs ont envie de s’identifier aux voitures qu’ils ont eues, qu’ils ont, ou qu’ils pourront avoir. Et puis, de temps en temps, ils aiment rêver à des voitures qu’ils ne pourront jamais avoir. Donc la recette, c’est de conserver l’équilibre entre tout ça et surtout de trouver le fil conducteur ; pas trop de technique mais suffisamment quand même pour que les gens accrochent. Bien sûr, il y a toujours “les fans du boulon de 12” qui en veulent toujours plus mais faire une émission grand public, qui attire autant de monde (les rediffusions et replays se chiffrent en millions de vues par émission), cela prouve que les gens aiment l’objet automobile, sa passion, son histoire et toute sa culture et son patrimoine. C’est à l’image des émissions de cuisine qui fonctionnent très bien depuis plusieurs années, parce que les gens ont envie d’un retour au vrai, de voir de vrais cuisiniers qui font un travail d’artisan ; comme pour nos restaurateurs de voitures.

Pour acheter une voiture, il suffit de faire un chèque ; pour entretenir une voiture de collection, c’est un travail passionnant par des passionnés.

 

Ainsi, on voit le parallèle avec l’émission de Julie Andrieu, Les carnets de Julie sur France 3, qui offre un bon exemple depuis plusieurs années. Elle va dans toutes les régions de France avec sa petite 304 cabriolet rouge qui est devenue un symbole. Je pense que la clé du succès est là. Nous, ce n’est pas de la cuisine à manger mais de la cuisine mécanique. Par exemple, on est allés voir, en Alsace, un des seuls spécialistes des pièces de tracteurs Porsche ! On est aussi allés voir une société qui est du côté de Cassis et qui refait des 2CV et des Méhari. On va voir les spécialistes, les passionnés, et, un peu à l’image de Julie, on essaye de trouver les ingrédients pour faire notre cuisine. Les gens adhèrent et moi, je sers de lien. Le personnage que je suis dans l’émission est d’ailleurs assez proche de ma personnalité. Les gens s’identifient à moi et viennent me voir dans les salons en amis et en me tutoyant. J’en suis très fier ! On a cassé cette barrière du présentateur star, qui ne m’intéresse pas du tout. Dans la tête des gens, je suis leur copain, et pour moi, c’est le plus bel hommage. L’émission sert aussi à ça :

sortir de l’univers masculin 18-49 ans. C’est extraordinaire car on a réussi cette alchimie d’avoir un public plus varié que les traditionnelles émissions auto en y mettant aussi tout ce qui roule, auto, moto, tracteur, véhicule militaire, …

François Roudier : François Allain, quelle est ton actualité, tes émissions, tes activités de présentateur, d’éditeur, d’auteur ?

Depuis que Vintage Mecanic a commencé, je n’ai plus beaucoup le temps d’écrire. En tant qu’éditeur, j’ai un bouquin en préparation, mais je suis obligé de baisser un peu le rythme. Et en tant que journaliste, je me consacre essentiellement à cette émission. Donc j’ai moins le temps de faire autre chose. Mais je tiens absolument à garder un lien avec la presse écrite de temps à autre et surtout avec la radio. Je participe à Votre Auto de Jean Luc Moreau, le dimanche matin sur RMC qui est suivie par 1,5 million de personnes. A 8 h du matin, cette audience est extraordinaire. A titre personnel, j’aime aussi être le week-end sur des circuits, des manifestations de voitures anciennes.

François Roudier : Combien un épisode de Vintage Mecanic, prend-il de temps à tourner et à monter ?

C’est long, très long. Car Vintage Mecanic ne se tourne pas comme un reportage en une seule fois. On est plus dans le domaine du documentaire et de la fiction. C’est-à-dire que toutes les séquences sont tournées trois fois, en plan large, en plan serré et en plan moyen avec, en plus, un peu de drones et un peu de Go Pro. En gros, une émission d’une heure prend quatre semaines avec la préparation et l’écriture. Le tournage, à lui tout seul, prend déjà 7 à 8 jours. Ensuite il y a le “dérushage”, le montage, les vérifications, toutes les images de synthèse qu’on fait faire et qu’on vérifie, qu’on valide, qu’on modifie… Pour que ce soit viable, on tourne et on monte toujours 3 ou 4 émissions en parallèle et surtout pas l’une après l’autre. La voiture ancienne, c’est une alchimie incertaine, il y a parfois des surprises, des pièces qui n’arrivent pas ou qu’on doit refaire. Ces 4 semaines peuvent s’étaler sur 8 mois !

Quand ça bloque chez un restaurateur, on peut aller en voir un autre pour continuer sur une autre voiture. Sans cette organisation, on ne tournerait pas 12 épisodes par an, on en tournerait à peine 5 !

 

François Roudier : Y a-t-il une grosse équipe derrière Vintage Mecanic ?

Non, ce n’est pas une grosse équipe. La cellule de base comprend 5 personnes et on a des intermittents du spectacle qui viennent spécifiquement pour les tournages : cadreurs, ingénieurs du son, éclairagistes ou monteurs. C’est devenu un groupe d’habitués, de gens qui reviennent en fonction de leurs disponibilités mais en fait, une équipe relativement stable. Ils connaissent l’émission, ils connaissent le processus et apportent ainsi leur patte, on échange énormément en cours d’émission.

 

D’ailleurs, il n’y a pas de script autoritaire “à l’Américaine”, je suis bien meilleur en improvisation qu’en par cœur ! J’y gagne en spontanéité et j’ai toujours aimé être comme ça. On a un fil conducteur pour ne pas oublier telle ou telle chose, mais rien n’est écrit mot par mot.  Il y a une très bonne ambiance parce qu’on est une petite équipe et ça se passe vraiment bien. On a su établir un climat. Bien sûr, il ne faut pas se mentir, c’est dur, les journées font rarement 8 heures et c’est beaucoup plus. Mais on le fait de bon cœur parce qu’on fait ce qu’on aime. On a cette chance de travailler en osmose. On se respecte, on s’apprécie, on apprend les uns des autres.

 

François Roudier : Quelle est l’actualité et l’avenir de Vintage Mecanic ?

Je pense que le format est très bien, mais il faut que l’émission évolue un peu. Sur la saison 5, il y a déjà des tas de détails qui vont évoluer. Il ne faut pas faire une révolution non plus, c’est une mauvaise idée. Il faut rester dans le format Vintage Mecanic, tel que les gens l’aiment. Mais ça n’empêche pas de faire des modifications, des aménagements, de petites évolutions. On réfléchit à d’autres idées, mais qui s’inscriront dans la continuité, dans le même esprit. Il faut aussi être à l’écoute du moment, à l’écoute du temps, des envies des gens. J’ai d’ailleurs pas mal d’idées, et même à titre perso, pour le futur. On est actuellement dans le tournage de la saison 5 ; on a commencé en avril. Les tournages devraient durer jusqu’à octobre- novembre. Je pense que c’est pour une diffusion fin 2019 ou début 2020. J’aime bien l’échéance de Rétromobile, par ce que c’est pour moi le salon de l’année. Donc, je prêche pour que la diffusion soit autour de Rétromobile. Mais ce n’est pas moi qui décide !

 

François Roudier : Peux-tu nous dire quelques mots sur ta participation au Tour Auto Optic 2000 et au Centenaire Citroën ?

Le centenaire de Citroën c’est important bien sûr ! Citroën est une marque pour laquelle j’ai toujours eu une tendresse, parce qu’elle est été originale dans l’histoire de l’automobile française. André Citroën était quelqu’un de culotté, et ce n’est pas péjoratif, au contraire. Ensuite, la marque a été reprise par Michelin, aujourd’hui, elle est au sein du groupe PSA. C’est une marque qui a eu une renaissance au début des années 2000, au niveau du style, notamment. Ils ont refait une marque variée, originale, qui est dans l’innovation, dans l’étonnement. Aujourd’hui, la marque est séparée en deux, une marque généraliste, une marque premium, et je trouve ça très bien. Ce n’était pas évident, mais je pense qu’aimer le passé, ce n’est pas renier le présent ni l’avenir. Tout est lié. Si André Citroën était là aujourd’hui, il serait assez fier, je pense, de ce qui a été fait. Il serait aussi fier qu’on célèbre le centenaire de sa marque. C’est une belle histoire et il va y avoir pas mal d’événements. Moi j’apporte ma petite pierre à l’édifice en participant au Tour Auto avec une Traction Avant, parce que c’est le dernier véhicule conçu sous l’ère d’André Citroën. C’est une Traction de 1956, une des dernières, une 11 légère, tout à fait standard. Elle correspond vraiment à la Traction la plus connue. Elle a eu une longue carrière, à cheval sur la seconde Guerre Mondiale.

C’est une voiture chargée d’histoire. C’était aussi la voiture des Présidents Coty et De Gaulle. C’est une histoire de France à elle toute seule, cette Traction !

 

François Roudier : Quel est va être ton défi pour aller au bout de ce Tour Auto 2019 ?

Le défi pour rouler jusqu’au bout … ça va être de rouler jusqu’au bout ! Je n’ai pas la prétention de gagner une médaille en chocolat. Tout comme l’année dernière, quand je l’ai fait avec la 2CV. C’est le même principe. Le but, c’est d’aller jusqu’à l’arrivée, même bon dernier. Ce qui m’inquiète le plus, c’est un carambolage, une sortie de route. Je ne suis pas très inquiet sur la mécanique, elle est simple.

On a acheté une voiture qui était dans un état correct, on a refait l’essentiel. Elle a son moteur d’origine, sa boîte d’origine à 3 vitesses, on est toujours en 6 volts donc on a conservé l’âme de la voiture. On ne l’a pas modernisée, elle est d’origine.

On respecte l’esprit d’époque. On a même mis des pneus Michelin X ! Sans direction assistée, quand j’aurais fini, au bout des 2 400 km, j’aurais des bras de camionneur, ça c’est clair ! On va passer dans le Puy de Dôme, donc la région de Michelin, propriétaire de Citroën de 1935 à 1974 et on va finir à Deauville, là où la famille Citroën avait sa villa et y passait les vacances. C’est ici que Jacqueline, la fille d’André Citroën, a fait l’un des premiers concours d’élégance avec une Traction, dès l’été 1934. Ce sera un vrai bonheur !

 

François Roudier : Vas-tu participer, le 19 juillet à la « Croisière vers l’Ouest » du CCFA de la Place de la Concorde au centre d’essais PSA de la Ferté-Vidame avec quatre autochenilles “Kégresse” ?

 

Bien sûr ! je participerai avec un grand bonheur en Kégresse pour ce Centenaire Citroën, l’été prochain. Un petit clin d’œil rigolo : quand Jacques Wolgensinger, patron de la Communication de Citroën dans les années 60, a eu envie de retrouver les premières voitures pour former ce qui allait devenir la collection Citroën, celui qui lui a trouvé la première Kégresse, c’était justement Roger Brioult ! Donc je suis très heureux de me retrouver, 50 ans après, dans cet univers des Kégresse. Le principe du véhicule autochenille a été déposé par Adolphe Kégresse, Mercedes sera le premier à l’utiliser et Citroën le fera plus tard, mondialement connu avec ses grandes “Croisières”. On le verra ensuite sur les Halftracks américains de la seconde Guerre Mondiale. Et c’est une invention française Monsieur !

 

 

F.R : Merci François Allain et bonne route !

 

 

Propos recueillis par François Roudier

 

Source : CCFA