Fermer
Icone de twitter
UTACCERAM Icone de retweet
RT @UTACCERAM: Malgré la période de confinement, UTAC CERAM poursuit sa politique de croissance ambitieuse Nous maintenons nos
Icone de twitter
Groupe_Renault Icone de retweet
RT @Groupe_Renault: On we talk about MotorsportsWinking face and particularly Did you know that most of our @RenaultF1Team #Fridays #F1
Icone de twitter
GroupePSA Icone de retweet
RT @GroupePSA: Le 2019 du est en ligne ! Pour la 5ème année consécutive, le Groupe reçoit le niveau « Advanced » #RapportRSE #GroupePSA
VOIR SUR TWITTER
Derniers tweets

Christine, la Plymouth la plus célèbre du cinéma !

Culture vroum #Cinéma - #Plymouth - #roman

Sans le film que lui a consacré John Carpenter en 1983, “Christine” ne figurerait probablement pas parmi les œuvres les plus connues de Stephen King, nous raconte Eric Bergerolle.

 

 

Christine, la Plymouth Fury de 1958 dotée par le romancier américain Stephen King d’une personnalité possessive et meurtrière, est devenue un véritable mythe au cinéma grâce au réalisateur John Carpenter. Cette Plymouth avait pourtant été choisie presque sur un coup de tête, explique Eric Bergerolle dans son article publié dans Challenges.

 

 

 

“Christine raconte la vie d’un adolescent, Arnie Cunningham, tombé entre les griffes d’une voiture envoûtée et envoûtante”, poursuit Eric Bergerolle. 

 

 

 

 

“En 1978, année où se situe l’intrigue de “Christine”, cette Plymouth oubliée de tous n’était qu’une vieille occasion, une guimbarde susceptible de n’intéresser qu’une poignée d’hurluberlus. Il se raconte que Columbia Pictures avait dû faire paraître des annonces à travers tous les Etats-Unis pour rassembler le nombre de voitures requis par la production. En outre, pas moins de sept voitures servirent de banques de pièces détachées et n’apparaissent jamais à l’écran”, détaille Eric Bergerolle.

Les trois voitures qui n’avaient pas été détruites lors du tournage furent mobilisées pour les besoins de la promotion du film aux quatre coins des Etats-Unis, avant d’être cédées aux enchères. Une quatrième Fury fut sauvée in extremis de la destruction par un amateur qui l’avait trouvée dans une casse.

Retrouvez toutes les coulisses du film et ses surprenantes anecdotes grâce à l’article que nous propose Eric Bergerolle dans Challenges.

 

Source : CHALLENGES (4/5/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES