Fermer
Brésil

Volkswagen aurait espionné des activistes syndicalistes entre 1964 et 1985

Le #Enquête - #Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Une « Commission de la Vérité », instaurée par la Présidente du Brésil Dilma Roussef, aurait trouvé des documents prouvant que Volkswagen aurait espionné à la fois ses salariés et des dirigeants de syndicats entre 1964 et 1985, période à laquelle le Brésil était sous un régime militaire.

Luiz Inavio Lula da Silva, qui a été Président du Brésil entre 2003 et 2010, aurait été l’un des activistes ciblés par Volkswagen.

20 pages de documents confidentiels – apparemment transmis aux autorités par Volkswagen – auraient été retrouvées, renseignant le régime au pouvoir à l’époque sur les activités syndicalistes se déroulant à Sao Paulo.

Contacté à ce sujet, Volkswagen s’est engagé à enquêter sur toute preuve démontrant que certains de ses employés aient pu transmettre de telles informations à l’armée à l’époque.

«Volkswagen est reconnu comme un modèle lorsqu’il s’agit de faire face à son passé […] et abordera ce sujet de la même manière », a indiqué le groupe allemand.

Volkswagen est l’une des 19 entreprises étrangères qui prenaient part à de nombreuses réunions avec le régime militaire dans les années 1980. (AUTOMOTIVE NEWS EUROPE 5/9/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.