Fermer
Etats-Unis

Un ingénieur de Volkswagen a été inculpé aux Etats-Unis

Le #Enquête - #Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Un ingénieur de Volkswagen, James Liang, a été inculpé aux Etats-Unis pour avoir participé au développement du logiciel truqueur qui permettait la manipulation des niveaux d’émissions des véhicules diesel du groupe allemand. Il s’agit de la première personne inquiétée dans cette affaire.

« Lorsqu’il travaillait dans le développement du diesel, M. Liang faisait partie d’une équipe d’ingénieurs qui a développé le moteur EA 189 de 2 litres, qui était conçu pour se conformer aux nouvelles règles draconiennes américaines en termes d’émissions de véhicules diesel », explique l’acte d’accusation.

Le moteur EA 189 est l’organe au cœur du scandale des moteurs truqués.

« Quasiment dès le début du processus de conception des nouvelles voitures diesel « propres » de Volkswagen, M. Liang et ses co-conspirateurs ont fabriqué ces véhicules non pas pour qu’ils se conforment aux normes d’émissions américaines, mais pour fausser les tests en faisant apparaître que les véhicules étaient conformes alors que ce n’était pas le cas », affirme le Département de la Justice.

M. Liang a travaillé de 1983 à 2008 à Wolfsburg (siège de VW) au sein du département en charge du diesel, puis a été transféré aux Etats-Unis. Il est notamment accusé d’avoir participé à la conception du logiciel truqueur installé sur les Jetta des années 2009 à 2015 et sur les Golf des années 2010 à 2015.

L’accusé a plaidé coupable devant un tribunal de Detroit afin d’éviter un procès. En échange, il coopérera avec les autorités américaines dans l’enquête pénale contre Volkswagen. Il risque une peine de prison de 5 ans maximum et une amende pouvant aller jusqu’à 250 000 dollars. (AFP, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG, HANDELSBLATT, SPIEGEL 9/9/16, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE, AUTOMOBILWOCHE 10/9/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.