Fermer
Royaume-Uni

Toyota va fabriquer une nouvelle voiture hybride pour Suzuki au Royaume-Uni

Analyse de presse de 14H00 - Le #Accord - #Suzuki - #Toyota - #véhicule hybride
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Toyota a annoncé qu’il allait fabriquer une nouvelle voiture hybride pour son partenaire Suzuki au Royaume-Uni. Toyota a expliqué qu’il allait fournir « un véhicule hybride électrique » à son compatriote Suzuki, qui sera inspiré du modèle Toyota Corolla Wagon. Les moteurs seront fabriqués à Deeside (pays de Galles) et les véhicules assemblés à Burnaston.

Le nouveau véhicule qui sera commercialisé par Suzuki devrait être fabriqué à partir de la fin 2020, a ajouté Toyota, qui n’a pas précisé si de nouveaux emplois seraient créés localement. Ce modèle assurera la pérennité de l’activité des usines concernées.

« C’est une bonne nouvelle pour nos usines au Royaume-Uni », s’est réjoui Marvin Cooke, directeur général de Toyota au Royaume-Uni. « Produire des véhicules supplémentaires pour d’autres clients est un exemple parmi d’autres des efforts que nous faisons pour conserver nos opérations manufacturières au Royaume-Uni aussi compétitives que possible », a-t-il ajouté.

La stratégie de Toyota a été perturbée par la perspective du Brexit, à l’instar de ses concurrents japonais Nissan et Honda qui eux aussi assemblent des centaines de milliers de voitures chaque année au Royaume-Uni – dont une bonne partie est exportées vers les autres pays de l’UE.

Début mars, le président pour l’Europe de Toyota, Didier Leroy, avait prévenu qu’il serait « extrêmement compliqué » de fabriquer de nouveaux modèles dans ses usines britanniques en cas de Brexit sans accord, laissant planer le doute sur sa volonté d’investir dans le pays.

Il a souligné que Toyota n’avait pas « pour projet de se retirer du Royaume-Uni et d’arrêter la production » dans ce pays, mais a ajouté qu’un Brexit dur engendrerait « une montagne » de problèmes pour ses usines britanniques.

Les autorités britanniques ont toutefois promis que, même en cas de Brexit sans accord, les pièces détachées du secteur automobile venant de l’UE ne seraient pas taxées à l’importation. Mais les professionnels du secteur sont quand même très inquiets, évoquant notamment des complications réglementaires, qui perturberaient le rythme bien huilé des échanges nécessaires pour la fabrication d’automobiles nécessitant de très nombreux composants.

Toyota a investi un total de 2,75 milliards de livres depuis le début de sa présence industrielle au Royaume-Uni au début des années 1990, dont 240 millions de livres récemment pour moderniser son usine d’assemblage de Burnaston afin d’y produire la nouvelle Corolla. Toyota emploie quelque 3 200 personnes sur ses deux sites de production britanniques.

Source : AUTOMOTIVE NEWS (20/3/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.