Fermer
Royaume-Uni

Toyota plaide contre le Brexit, pour l’accès au marché européen

Le #Commerce extérieur - #Toyota - #Union Européenne
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Toyota et son principal syndicat britannique ont mis en garde contre un Brexit, expliquant dans une lettre aux employés que l’accès libre au marché européen est d’une « importance critique » pour le constructeur. « Nous croyons fermement qu’une adhésion continue du Royaume-Uni à l’UE est meilleure pour nos opérations et notre compétitivité à long-terme », ont écrit le directeur général de Toyota Motor Manufactuting UK, Shigeru Teramoto, son adjoint Tony Walker, ainsi que le représentant permanent du syndicat Unite, Peter Tsouvallaris.

Toyata possède deux usines au Royaume-Uni, à Burnaston dans le centre de l’Angleterre pour les véhicules et à Deeside au Pays de Galles pour les moteurs, et emploie plus de 3 400 personnes dans le pays. Le groupe explique, à quelques jours du référendum de jeudi, qu’il souhaite clarifier sa position à la suite de l’utilisation non autorisée de son logo par la campagne en faveur du Brexit. Plusieurs multinationales s’étaient en effet plaintes de figurer dans un prospectus de la campagne « Leave » sans leur accord.

Les sites britanniques ont été créés « pour fabriquer des voitures et des moteurs destinés à l’Europe », rappelle dans sa lettre l’entreprise, dont près de 90 % des véhicules sont exportés. « L’accès ouvert et gratuit au marché européen est d’une importance critique pour notre activité de fabrication au Royaume-Uni », poursuit Toyota. Une sortie de l’Union européenne aurait probablement pour conséquence l’imposition de droits de douane sur les voitures et les pièces détachées. « Cela pourrait représenter jusqu’à 10 % pour les voitures, conduisant à un immense défi pour réduire nos coûts ou bien à des voitures plus chères pour nos clients, avec un impact négatif sur nos ventes », ajoute Toyota. (AFP 20/6/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.