Fermer
Etats-Unis

Toyota, nouveau géant industriel étrillé par Donald Trump

Le #Gouvernement - #Toyota
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Donald Trump a menacé Toyota de représailles douanières s’il poursuivait un investissement au Mexique, maintenant une pression sans précédent sur les grands groupes industriels pour qu’ils restent aux Etats-Unis.

C’est à nouveau par un tweet rageur que le président élu s’en est pris au numéro un mondial de l’automobile, l’accusant de vouloir construire une usine au Mexique pour y fabriquer des voitures destinées au marché américain. « PAS QUESTION ! Construisez des usines aux Etats-Unis ou payez d’importantes taxes à la frontière », a tweeté M. Trump, après avoir déjà agité une menace similaire mardi à l’encontre de General Motors.

M. Trump s’en prend publiquement aux grandes entreprises, une pratique jusque-là rare aux Etats-Unis. Sur Twitter mardi, le futur président avait ainsi sommé General Motors de fabriquer aux Etats-Unis ses voitures destinées au marché américain, sous peine de payer une « lourde taxe frontalière ». Le constructeur avait immédiatement publié un communiqué pour assurer que seule une infime partie de sa production mexicaine arrivait sur le marché américain.

Egalement critiqué par M. Trump pour ses délocalisations, Ford a décidé de renoncer mardi à construire une usine au Mexique, pour investir dans une installation existante du Michigan et y créer 700 emplois.

Avant même sa prise de fonctions le 20 janvier, M. Trump cherche ainsi à dissuader les constructeurs automobiles d’utiliser l’accord Aléna qui leur permet, sous certaines conditions et sans droits de douane, d’exporter vers les Etats-Unis des marchandises produites au Mexique.

La filière automobile, qui se réunit la semaine prochaine au salon automobile de Detroit, semble être la cible privilégiée de Donald Trump mais elle n’est pas la seule à subir ses attaques. En décembre, le groupe américain de défense Lockheed Martin avait subi les foudres du futur président américain, en raison du coût de son avion de chasse F-35 qui serait « hors de contrôle ». M. Trump s’en était également pris sans réserves à Boeing, accusé de construire un avion présidentiel trop coûteux. « Les coûts s’envolent, plus de quatre milliards de dollars. Annulez la commande! », avait-il là encore tweeté. Ces remontrances ont un effet direct : la chute du titre en Bourse et la disparition de millions de dollars de capitalisation boursière. (AFP 6/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.