Fermer
Royaume-Uni

Toyota menace de poursuivre en justice la campagne pro-Brexit pour avoir utilisé son logo

Le #Marque - #Procès - #Toyota
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Toyota a menacé de poursuivre en justice la campagne officielle favorable à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, pour avoir utilisé son logo sans autorisation et donné l’impression qu’il soutenait le camp du Brexit.

Le constructeur indique dans un communiqué qu’il « envisage une plainte formelle contre cette utilisation non-autorisée de nos marques déposées ». « Nous nous opposons fermement à cette utilisation », ajoute l’entreprise.

Un prospectus électoral de la campagne officielle soutenant le « Brexit » lors du scrutin du 23 juin reproduit en effet les logos de six grandes entreprises (Toyota, Nissan, Vauxhall, General Electric, Unilever et Airbus). Ces « entreprises ont toutes dit qu’elles resteraient au Royaume-Uni quel que soit le résultat du référendum », affirme l’imprimé.

En réaction, Toyota, qui possède deux usines dans le pays et y emploie 3 400 personnes, a répété vouloir rester neutre dans la campagne tout en soulignant qu’un maintien dans l’Union européenne était préférable de son point de vue. Johan van Zyl, président de Toyota Motor Europe, s’était inquiété en février qu’un départ de l’UE puisse créer des « difficultés additionnelles ». « Nous croyons qu’un maintien de l’adhésion à l’UE serait meilleur pour nos opérations et pour la compétitivité de celles-ci à long terme », avait-il déclaré dans un communiqué de nouveau diffusé par Toyota jeudi.

Nissan a de son côté renvoyé à des déclarations de son président Carlos Ghosn, qui affirmait en février : « Notre préférence en tant qu’entreprise est, évidemment que le Royaume-Uni reste dans l’Europe – cela est plus logique du point de vue de l’emploi, du commerce et des coûts ». (AFP, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE 9/6/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.