Fermer
Japon

Toyota dévoile sa voiture autonome, attendue sur le marché d’ici à 2020

Le #Conduite autonome - #Toyota - #Voiture autonome
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Toyota a présenté mardi un véhicule capable de rouler sur autoroute sans conducteur et dont la commercialisation interviendra d’ici à 2020, pour les jeux Olympiques de Tokyo. Baptisé « Highway Teammate » (coéquipier d’autoroute), le véhicule est basé sur la Lexus GS. Il peut se fondre dans le trafic autoroutier, changer de voie, doubler, ralentir en fonction des obstacles ou encore négocier sa sortie. Le passage en mode autonome n’est toutefois possible qu’après avoir franchi le péage. Ensuite, libre à l’automobiliste de lâcher le volant pour une pause lecture ou un coup de fil urgent.

« Nous souhaitons être opérationnels d’ici à 2020, date à laquelle Tokyo accueille les JO », a expliqué un responsable de Toyota, Yoshida Moritaka, à l’occasion de démonstrations à la presse sur une autoroute tokyoïte. L’objectif est de « diminuer le nombre de morts et de blessés sur les routes, mais aussi dans un deuxième temps de désengorger et fluidifier le trafic sur les autoroutes qui sont souvent encombrées ».

Toyota, qui travaille sur ces technologies de conduite autonome depuis les années 1990, était pour l’instant resté en retrait, alors que les projets des constructeurs et acteurs de l’internet, Google notamment, se multiplient. Mais il avait dévoilé début septembre un partenariat avec deux prestigieuses universités américaines pour accélérer la recherche autour de l’intelligence artificielle, assorti d’un investissement d’environ 50 millions de dollars sur cinq ans.

Nissan prévoit pour sa part de lancer une voiture « disposant de fonctions de conduite autonome » courant 2016 au Japon, qui sera le premier marché à accueillir ce type de produit. Le gouvernement japonais pousse les industriels – constructeurs d’automobiles et géants de l’électronique – à collaborer sur le sujet afin de ne pas se laisser distancer par leurs concurrents étrangers. Un retard pourrait les pénaliser au moment de l’adoption de normes internationales pour ce marché qui pourrait atteindre 10 millions de véhicules en 2035, soit 10 % du marché total, d’après des estimations du cabinet indépendant IHS Automotive. (AFP, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE 6/10/15, NIKKEI ASIAN REVIEW 7/10/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.