Fermer
Etats-Unis

Toyota a trouvé un accord amiable pour solder des recours collectifs aux Etats-Unis

Le #Toyota
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Toyota a trouvé un accord amiable dont le coût pourrait atteindre 3,4 milliards de dollars afin de solder des recours collectif aux Etats-Unis accusant certains de ses véhicules d’être mal protégés contre la corrosion, selon des documents judiciaires consultés le 12 novembre par l’AFP (13/11/16). L’accord, qui reste à valider par un juge de Los Angeles, concerne au total 1,5 million de véhicules vendus aux Etats-Unis par le constructeur japonais : des pick-up Tacoma et Tundra, ainsi que des SUV Sequoia, des années 2005 à 2010.

Les recours collectifs émanaient de propriétaires dans l’Arkansas et en Californie ayant constaté une dégradation prématurée du châssis de leur véhicule, imputable selon eux à une protection anticorrosion insuffisante.

Aux termes de l’accord, Toyota ne reconnaît pas sa culpabilité, mais il a accepté d’inspecter les véhicules concernés et de remplacer gratuitement leur châssis si nécessaire. Il remboursera également les coûts encourus par les propriétaires ayant déjà dû faire ce remplacement à leurs frais. Le constructeur ne chiffre pas lui-même le coût de ces diverses opérations, mais il est évalué à « plus de 3,4 milliards de dollars » dans l’un des documents transmis cette semaine à la justice par les plaignants.

Une autre motion déposée par Toyota précise qu’il « conteste les accusations de ces recours collectifs », mais que « l’accord représente un moyen raisonnable et juste de mettre fin à la controverse ». (AFP 13/11/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.