Fermer
France

TCG Conseil livre les projections du marché de l’après-vente en 2025

Analyse de presse de 14H00 - Le #Après-vente - #Réparation - #TCG Conseil
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le cabinet TCG Conseil vient de dévoiler les résultats de son dernier rapport sur l’évolution de l’activité après-vente (VP/VUL) en France, réalisé en partenariat avec le CNPA. Très exhaustive, l’enquête fait état d’une légère baisse de 0,6 % en volumes du marché dans les six prochaines années. De 52 millions en 2016, le nombre d’opérations d’entretien, de réparations mécaniques et de remplacements de pneumatiques devrait chuter à 50 millions. Cette baisse serait principalement liée à la chute attendue du nombre de réparations (- 11,5 % sur la période), alors que le nombre d’interventions liées à l’entretien devrait, quant à lui, croître de 4,3 %.

Plusieurs éléments contextuels peuvent justifier ces évolutions, explique TCG Conseil. Grâce à un renouvellement du parc roulant favorisé par la prime à la conversion et la réforme du contrôle technique, le poids des véhicules anciens devrait diminuer, tandis que la fiabilité des modèles âgés de 10 ans et plus s’améliorerait (taux d’incidence en baisse de 23,5 %).

Autre tendance structurelle qui risque de pénaliser les ateliers : le développement des ventes de véhicules électriques et hybrides, qui nécessitent moins d’opérations de remplacement de pièces d’usure et moins de réparations mécaniques. D’après TCG Conseil, leur part pourrait atteindre près de 10 % du parc en 2025.

Si les réparations seront moins nombreuses, elles devraient en revanche coûter plus cher. Le prix moyen d’une entrée atelier augmenterait en effet de 2 % entre 2016 et 2025, à 280 euros. « Le contenu technologique des véhicules récents aura notamment pour conséquence de rendre les interventions à l’atelier plus onéreuses », analyse Thomas Chieux, dirigeant de TCG Conseil. Résultat : s’il recule en volume, le marché devrait progresser de 1,6 % en valeur, pour atteindre 14 milliards d’euros environ (entretien et réparation mécanique).

A noter le cas particulier de l’activité réparation – collision, qui risque de connaître quelques années de vaches maigres d’ici à 2025. Sous les effets conjugués de l’influence des Adas, de la restriction du trafic et de la baisse des vitesses moyennes, le nombre d’opérations chutera d’environ 12 % au total, comparé à 2016, à 6,5 millions d’unités. Le ressac sera particulièrement sensible pour les interventions de carrosserie (- 15,9 %), les réparations de bris de glace parvenant à limiter la casse (- 6 %).

TCG Conseil ne se montre guère plus optimiste sur l’évolution en valeur du marché. Ce dernier devrait en effet diminuer, à 7,2 milliards d’euros environ (- 3,5 %), avec là encore une baisse significative pour les opérations de carrosserie (- 10,8 %). Seul motif de satisfaction pour les carrossiers : le montant de leurs interventions liées au vitrage devrait bondir de 25,9 %. « La surface vitrée des véhicules ne cesse de croître depuis quelques années. Les vitrages sont en outre équipés de plus en plus de technologies Adas, ce qui augmente leur valeur », explique Christophe Guillaneuf, dirigeant de TCG Conseil.

Source : J2RAUTO.COM (16/1/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.