Fermer
Japon

Takata espère un retour dans le vert cette année

Le #Sac gonflable
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le fabricant japonais de ceintures et coussins de sécurité Takata a indiqué espérer un retour dans le vert cet année, malgré un scandale de sacs gonflables défectueux qui l’a entraîné dans le rouge deux exercices d’affilée. Le groupe a déploré une perte nette de 13 milliards de yens (un peu plus de 100 millions d’euros) en 2015-2016, après une perte de 29,5 milliards un an plus tôt.

Même si le nombre de véhicules rappelés dans le monde à cause des coussins gonflables problématiques devrait grimper à quelque 100 millions d’unités (contre 60 millions précédemment), Takata table sur un bénéfice net de 13 milliards de yens pour cette année comptable, qui sera bouclée le 31 mars 2017.

Il promet des réductions de dépenses et une rationalisation de ses finances, accompagnées par une production en phase avec les attentes de ses clients constructeurs d’automobiles. Takata apparaît relativement serein, même si plusieurs de ses principaux acheteurs (Honda Motor, Nissan, Toyota, etc.) se sont détournés dans des proportions variables d’une partie des produits Takata. Le groupe, qui emploie quelque 49 000 personnes dans le monde, estime que les marchés chinois et nord-américain tireront la demande d’automobiles. Ses ventes devraient cependant baisser de 6,7 % sur un an, à 670 milliards de yens, après avoir augmenté de 11,7 % durant l’exercice passé, à 718 milliards. Le résultat d’exploitation est lui aussi attendu en repli, de 22 %, à 33 milliards de yens (contre une hausse de 28 % l’an passé, à 42 milliards).

Le retour dans le vert se jouera sur les enregistrements hors comptes d’exploitation, estime implicitement Takata. Le groupe a enregistré sur l’exercice passé une charge de 44 milliards de yens relative à une partie des frais des rappels de sacs gnflables, et semble penser que cela ne se reproduira pas. Ce scandale, qui n’a cessé de prendre de l’ampleur au cours des deux dernières années, a fait plonger sur la période l’action Takata de plus de 85 %. (AFP 11/5/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.