Fermer
Japon

Takata a déposé le bilan

Le #Equipement - #Faillite
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’équipementier japonais Takata, dont les airbags défectueux ont tué au moins 16 personnes dans le monde, a déposé le bilan lundi, épilogue d’un des plus gros scandales de l’histoire de l’automobile.

A l’issue du conseil d’administration, le groupe a annoncé avoir enclenché la procédure de redressement judiciaire, « à la fois auprès d’un tribunal de Tokyo et aux Etats-Unis ». Outre sa filiale américaine, basée dans l’Etat du Delaware, qui s’est placée sous la protection du chapitre 11 sur les faillites, ses différentes unités, situées notamment en Chine et au Mexique, sont concernées. L’ancien numéro deux mondial des airbags a précisé avoir conclu un accord pour transférer ses activités à Key Safety Systems (KSS), un équipementier américain contrôlé par le chinois Ningbo Joyson Electronic, pour un montant de 175 milliards de yens (1,4 milliard d’euros). « KSS va acquérir l’essentiel de Takata, à l’exception de certains actifs et opérations liés aux coussins de sécurité », a précisé KSS, qui espère bâtir « un fournisseur de premier plan avec environ 60 000 salariés dans 23 pays ».

Shigehisa Takada, héritier de la famille fondatrice et président directeur général de Takata, a promis, lors d’une conférence assortie de maintes excuses comme l’exige la tradition japonaise, de démissionner « au moment approprié » une fois le passage de relais effectué. La transaction doit être bouclée au premier trimestre 2018. Quant au nom Takata, né au début des années 1930, il est vraisemblablement amené à disparaître une fois le dossier clos. (AFP, REUTERS, NIKKEI 26/6/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.