Fermer
Japon

Suzuki confirme que 26 modèles ont été testés de façon inappropriée, mais invoque « des raisons économiques »

Le #Emissions - #Suzuki
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Suzuki a annoncé avoir testé de façon inappropriée les performances énergétiques de 26 modèles de voitures et invoqué des « raisons économiques ». Il a toutefois précisé qu’il ne s’agissait pas d’embellir les données.

Dans un rapport remis au ministère des Transports et un communiqué diffusé à la presse, le groupe a apporté des précisions à ses révélations antérieures. Suzuki avait indiqué le 18 mai que les 16 modèles commercialisés au Japon étaient concernés, mais 14 le sont en fait, selon les nouveaux éléments. S’y ajoutent 12 autres modèles produits pour des marques différentes.

Suzuki a démenti avoir employé une méthode plus efficace (mais non homologuée) dans le but d’embellir les valeurs, mais il reconnaît l’avoir utilisée pour se simplifier la tâche. « Après la crise financière internationale de 2008, la charge de travail accrue pour développer de nouveaux modèles et moteurs a conduit Suzuki à manquer de ressources à allouer aux tests, et le groupe n’a pas réussi à investir suffisamment dans les infrastructures d’essai ni à faire les efforts requis pour améliorer ses technologies de contrôle », explique-t-il. Le groupe admet ainsi avoir considéré comme justes les méthodes moins coûteuses mises en oeuvre qui consistaient en une extrapolation des performances globales des véhicules à partir de mesures disparates des capacités de chaque pièce. Il indique avoir été capable à partir de 2010 de « prédire » les résultats (consommation de carburant, émissions polluantes) pour chaque modèle de véhicule « avec une certaine précision ». Il assure même que les résultats de mesures réelles refaites ensuite sont en fait meilleurs que ceux mentionnés dans le catalogue.

Si Suzuki a fait ces confessions, c’est qu’un vaste scandale de falsification de données touchant son compatriote Mitsubishi Motors a conduit les autorités à demander aux autres constructeurs un rapport sur leur façon de procéder. Mitsubishi Motors avait avoué en avril des manipulations de chiffres et falsifications de tests. Nissan a décidé de voler au secours de son compatriote en prenant 34 % de capital, sous réserve que le scandale ne dégénère pas dans des proportions que Nissan jugerait insurmontables. (AFP, EL MUNDO 31/5/16, JAPAN TODAY 1/6/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.