Fermer
Japon

Suzuki confirme des irrégularités de tests automobiles mais dément avoir embelli les performances

Le #consommation - #Emissions - #Suzuki
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Suzuki a confirmé le 18 mai avoir mené des tests selon une méthode non homologuée pour mesurer les niveaux d’émission et la consommation de ses véhicules vendus au Japon, mais a démenti avoir agi ainsi pour embellir les valeurs. « Des irrégularités ont été trouvées », a reconnu le groupe dans un communiqué après des informations de presse en ce sens, mais « l’enquête interne n’a pas conclu à une tricherie, telle que la manipulation de données », a-t-il assuré, tout en présentant ses « sincères excuses » à ses clients.

Contrairement à son compatriote Mitsubishi Motors, aux prises avec un scandale de fraude, les valeurs obtenues via cette méthode ne sont pas fausses, selon le groupe. Les 16 modèles commercialisés au Japon sont concernés depuis 2010, soit un total de 2,1 millions d’unités, a détaillé le patron de Suzuki, Toshihiro Suzuki, lors d’une conférence de presse organisée au ministère des Transports. « Le problème ne s’applique pas aux produits vendus en dehors du Japon », a précisé le constructeur.

Suzuki blâme la localisation du circuit de tests, situé « sur une colline près de la mer, avec des conditions météo – vent notamment – affectant les mesures ». « Il était difficile de procéder à des tests » dans des conditions correctes, explique le groupe, qui a donc compilé différentes valeurs disparates (pneus, freins, etc.) mesurées en laboratoire.

A la Bourse de Tokyo, l’action a chuté de 9,36 %, à 2 613 yens à la clôture le 18 mai, après avoir perdu jusqu’à 15 % en séance. (AFP 18/5/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.