Fermer
Japon

S&P baisse la perspective de la note de Nissan à « négative »

Analyse de presse de 14H00 - Le #Dette - #Nissan - #Notation - #Résultats financiers
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’agence de notation Standard & Poor’s a baissé la perspective de la note de Nissan de « stable » à « négative », jugeant que le redressement du groupe japonais allait prendre du temps.

Dans l’immédiat, elle maintient son appréciation à « A -« , soulignant « le profil financier solide » du constructeur et ses « forces par rapport à ses rivaux » : « une gamme de produits étendue et la diversification géographique de ses activités », avec les piliers que sont l’Amérique du Nord et la Chine.

Mais la note pourrait être modifiée dans les prochains mois, d’où cette dégradation de perspective.

« Il y a plus d’une chance sur trois que Nissan mette plus de temps que ce que nous avions estimé auparavant pour restaurer ses profits », a commenté l’agence.

Sur l’exercice 2018-2019 clos fin mars, le partenaire de Renault a accusé une chute de 57 % de son bénéfice net, à 319 milliards de yens (2,5 milliards d’euros), au plus bas en près d’une décennie. Et il prévoit un nouveau plongeon de moitié cette année, alors que ses ventes déclinent aux Etats-Unis et en Europe.

Premier facteur négatif, la morosité du marché automobile mondial. Dans cet « environnement compliqué », Nissan aura du mal à tirer son épingle du jeu, estime S&P, du fait de produits « vieillissants et donc moins compétitifs » et de la décision du groupe de « réduire les incitations commerciales », qui se situaient à un niveau élevé sous la direction de Carlos Ghosn, aux commandes exécutives de 1999 à 2017.

Nissan est en outre confronté à « une augmentation des coûts de R&D alors que l’entreprise travaille sur les technologies de nouvelle génération, relatives aux véhicules électriques et à la conduite autonome », ajoute l’agence.

Enfin, S&P note l’incertitude qui plane sur l’avenir de l’alliance unissant Nissan à Renault et Mitsubishi Motors, où les tensions sont vives depuis l’interpellation de son bâtisseur M. Ghosn. « Il est peu probable » que les trois groupes « parviennent à un accord rapidement sur la forme future de coopération », souligne l’agence, ce qui pourrait « affaiblir davantage encore l’image de Nissan et retarder les projets de collaboration dans des domaines clés ».

Source : AFP (20/5/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.