Fermer
Union européenne

Seuls trois constructeurs n’ont pas déjà atteint leur objectif européen d’émissions de CO2 pour 2015

Le #CO2 - #Emissions
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

D’après le rapport de l’association européenne Transports et Environnement (T&E) sur l’état d’avancement de la réglementation européenne sur les émissions de CO2 des véhicules, tous les constructeurs ont déjà atteint leur objectif individuel pour 2015, à l’exception de Honda, Hyundai et Suzuki.

Cette année, la moyenne des émissions des véhicules neufs (VP) vendus dans l’Union Européenne devra se situer à 130 g de CO2/km. Chaque constructeur a néanmoins son propre objectif à atteindre, défini en fonction des émissions de CO2 moyennes de sa flotte, pour que l’effort soit réparti équitablement. A fin 2013, cet objectif avait déjà été dépassé de 3 grammes et en 2014, les constructeurs ont creusé un peu plus l’écart puisque la moyenne des émissions de CO2 des véhicules neufs s’est établie à 123,4 g/km. Cette baisse de 2,6 % par rapport à 2013 permet de dépasser l’objectif moyen de 6,6 grammes.

Tous les constructeurs ont baissé leurs émissions dans des proportions plus ou moins importantes à l’exception de Ford et Hyundai. Les flottes de véhicules neufs des deux constructeurs étaient davantage émettrices en 2014 qu’en 2013 – de 0,1 % pour Ford (à 121,7 g/km) et de 0,4 % pour Hyundai (à 130,5 g/km). Chez Ford, cela peut s’expliquer par un mix de ventes défavorable comme chez Hyundai, qui accueille ses nouveaux modèles clés et ses nouveaux moteurs cette année.

Les plus gros efforts ont été fournis par Nissan. Grâce à l’arrivée en 2014 de nouveaux moteurs à essence et diesel équipant notamment le Qashqai, ses émissions ont baissé de 12,1 % en un an, à 115 g de CO2/km (15,9 g/km en moins). Aujourd’hui leader sur le marché européen des véhicules électriques, Nissan a en outre fortement profité des super-crédits accordés aux véhicules émettant moins de 50 g/km ; ces véhicules comptent en 2014 pour 2,5 voitures dans le calcul des émissions moyennes d’un constructeur (en 2015, ce coefficient est abaissé à 1,5). Ainsi, même si la Leaf n’a représenté que 4 % des ventes européennes de Nissan, elle lui a permis de bénéficier d’un crédit de 4,8 g/km (compté dans les 15 g de baisse entre 2013 et 2014).

Pour autant ce n’est pas Nissan qui a obtenu le plus gros coup de pouce des super-crédits, mais Mitsubishi. Avec l’Outlander PHEV, le premier SUV hybride rechargeable du marché, Mitsubishi a pu intégrer dans sa gamme un véhicule émettant seulement 44 g de CO2/km. Or, l’Outlander PHEV a enregistré 19 980 immatriculations en 2014, représentant près de 17 % des ventes totales de la marque en Europe. Grâce à cela, la marque a bénéficié d’un super crédit de 22 g/km. Avec cette aide, Mitsubishi, dont les émissions moyennes de CO2 en 2014 seraient de seulement 114 g/km sans les super-crédits, atteint ainsi dès cette année son objectif de 100 g/km pour 2021.

Dans des proportions nettement inférieures compte tenu de la faible part des véhicules électriques dans leurs ventes, Renault, Volvo, Daimler et Volkswagen ont également été bénéficiaires de ces super-crédits.

Derrière Nissan, ce sont PSA et Mazda qui ont fourni les plus gros efforts pour réduire leurs émissions l’an dernier. Grâce au déploiement de ses motorisations 3 cylindres à essence (Peugeot 308 1,2 l PureTech 130 ch, à 107 g de CO2/km), mais surtout de ses moteurs diesel BlueHDi, qui lui ont permis de vendre près de 30 % de ses VP sous la barre des 100 g de CO2 (par exemple, Citroën C4 Cactus 1,6 l BlueHDi de 100 ch, à 82 g/km ou DS 3 1,6 l BlueHDi de 100 ch, à 79 g/km), PSA a diminué ses émissions de 4,8 % entre 2013 et 2014. Il est d’ailleurs redevenu le constructeur le plus vertueux du marché avec une flotte émettant en moyenne 110,1 g/km (soit 14,4 g de moins que son objectif pour 2015). Mazda a pour sa part réduit ses émissions de 4,4 %, à 128,2 g/km, grâce à sa technologie Skyactiv intégrée sur une gamme totalement renouvelée.

A fin 2013, neuf constructeurs avaient déjà atteint leur objectif individuel pour 2015. En 2014, tous l’avaient atteint, à l’exception de Suzuki, Honda et Hyundai. Honda est à 2,6 g de son objectif (fixé à 131,3 g/km) et Hyundai, à 3 g (fixé à 127,5 g/km). L’écart devrait être rattrapé rapidement pour la marque coréenne, qui a lancé ces dernières semaines de nouveaux moteurs diesel beaucoup moins énergivores. Le chemin est encore long en revanche pour Suzuki, puisqu’il doit encore réduire de 5,7 g les émissions de sa flotte VN. S’il n’y parvient pas, le Japonais devra payer des amendes particulièrement salées dont le montant est calculé avec la progressivité suivante : 5 euros par véhicule vendu pour le premier gramme, 15 euros pour le deuxième gramme, 25 euros pour le troisième gramme et 95 euros pour le quatrième gramme et les suivants.

Puisque la majorité des constructeurs a déjà rempli son contrat pour 2015, toute l’attention est désormais focalisée sur la prochaine étape : 2021. A cette date, la moyenne des émissions de CO2 des véhicules neufs vendus en Europe devra se situer à 95 g/km. En 2020, cet objectif devra avoir été réalisé à hauteur de 95 %. Cela représente un effort supplémentaire de 28,4 grammes si on compare cet objectif à la moyenne des émissions des véhicules vendus en 2014.
Et là encore, certains constructeurs sont en bonne position pour y parvenir. Au rythme des progrès accomplis au cours de ces six dernières années, PSA, Renault, Volvo, Toyota, Nissan et Daimler auront tous accompli leur objectif avant l’échéance, estime T&E. Par exemple, PSA n’est « qu’à » 19,1 g de son objectif pour 2021, fixé pour le moment à 91 g/km (les objectifs sont réévalués chaque année). A l’inverse, Fiat, Mazda, GM, Honda, Hyundai et Suzuki devront accélérer la mise sur le marché de véhicules plus sobres, sans quoi ils ne parviendront pas à l’objectif, prévient l’association. (AUTOACTU.COM 16/6/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.