Fermer
France

Renault vise un objectif de 90 véhicules par personne en 2019 pour les usines françaises

Le #Production - #Renault - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Renault organisait le 25 octobre la quatrième réunion de son nouveau cycle de négociation avec les organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CGT et FO). Il s’est engagé à maintenir en France « pour toute la durée de l’accord », soit les trois années de 2017 à 2019, « un volume annuel moyen de véhicules au moins égal à celui de 2016, à conditions identiques de marché ». La production française de Renault devrait se situer autour de 750 000 véhicules cette année, soit plus que l’engagement de 710 000 dans le cadre de l’accord triennal en cours. A plus long terme, au-delà de 2019, chaque site de carrosserie-montage aura au moins un nouveau modèle, ce qui ira de pair avec une nouvelle plateforme à Flins et Maubeuge.

En contrepartie de cet engagement de volume, Renault vise un objectif de 90 véhicules par personne sur les lignes de production, contre une moyenne actuelle de 64 véhicules par personne, alors que le site de Maubeuge est déjà au-delà de 90. Pour atteindre ce ratio moyen, Renault annonce un plan de modernisation des sites de 500 millions d’euros, qui vise notamment la mise en place de méthodes de travail collaboratif, de digitalisation et l’implantation de robots collaboratifs.
A production constante, cet objectif conduirait à une baisse des effectifs sur ligne (indépendamment de leur statut de salariés du groupe ou intérimaires) de 29 % par rapport à la situation actuelle.

Concernant les engagements de Renault pour l’ingénierie, là encore le constructeur s’engage sur une stabilité de l’activité avec le maintien pendant toute la durée de l’accord d’un niveau d’investissement R&D et Capex à 8 % du chiffre d’affaires. Le constructeur s’engage cette fois au maintien des effectifs d’ingénierie, qui seraient renouvelés « par des recrutements qui permettraient de répondre aux évolutions technologiques » et le renforcement des compétences « par le développement de formations internes ».

Renault s’engagerait par ailleurs à assurer un volume annuel moyen minimum de 1,5 million d’organes mécaniques (moteurs et boîtes de vitesses) et de 1,5 million de châssis à conditions identiques de marché. (AUTOACTU.COM 26/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.