Fermer
France

Renault revient en Formule 1 en rachetant Lotus

Le #Formule 1 - #Lotus - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Renault a officialisé son retour en Formule 1 en annonçant le rachat de l’écurie Lotus au fonds d’investissement luxembourgeois Genii Capital. « Les principaux contrats ont été signés le 3 décembre 2015 », explique dans un communiqué le président du groupe français Carlos Ghosn, pour qui « Lotus F1 est apparue comme la meilleure écurie partenaire » de ce retour au plus haut niveau. Et pour cause, c’est Renault qui avait vendu cette même écurie d’Enstone à Genii Capital, entre 2009 et 2010, d’abord partiellement, puis complètement, à un moment où la marque française souhaitait prendre du recul par rapport à la F1.

« Renault avait deux options : revenir à 100 % ou sortir complètement. Après analyse détaillée, j’ai pris ma décision : Renault sera présent en Formule 1 dès 2016 », poursuit M. Ghosn, dans un texte très attendu où il détaille les raisons de sa décision stratégique, arrêtée après plusieurs mois de négociations acharnées. « Les derniers éléments obtenus de la part des principaux acteurs de la F1 nous permettent de nous projeter avec confiance dans ce nouveau défi. Notre ambition est de gagner, même si raisonnablement, cela prendra du temps », estime-t-il.

« En redevenant une écurie à part entière, Renault pourra tirer pleinement profit de ses victoires. Le positionnement de motoriste avait du sens, mais il a montré ses limites. Le retour sur image et sur investissement, rendu nécessaire par le nouveau règlement moteur, était faible », souligne M. Ghosn dans le communiqué du groupe Renault.

Présent en F1 de manière quasi ininterrompue depuis 1977, avec une écurie à part entière ou comme simple motoriste, Renault est devenu champion du monde de F1 en 2005 et 2006 avec l’Espagnol Fernando Alonso, sous le nom de Renault F1. Ses ambitions seront forcément moins élevées l’an prochain pour une saison de transition, avec les pilotes vénézuélien Pastor Maldonado et britannique Jolyon Palmer, face aux deux géants de la F1 moderne, Mercedes et Ferrari. (AFP 3/12/15)

M. Ghosn explique par ailleurs au FIGARO (4/12/15) que « la Formule 1 est une compétition qui stimule le développement technologique et l’innovation ». « Nous avons décidé de mettre en avant nos modèles sport en doublant les investissements sur Renault Sport. Il y a une liaison claire entre notre engagement de long terme en Formule 1 et le développement commercial et de l’image des modèles sport, Mégane RS, Clio RS et vous en aurez d’autres », ajoute-t-il.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.