Fermer
France

Renault prépare un plan de modernisation de ses usines françaises

Le #Renault - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans le cadre de l’accord de performance « Cap 2020 » signé avec trois organisations syndicales (CGC-CFE, CFDT et FO), Renault s’est notamment engagé à maintenir le niveau de production de ses sites français au niveau de 2016, soit 745 108 unités (dans les 6 usines de montage, incluse celle de Dieppe, qui fabrique les Clio RS et qui produira l’Alpine en 2017). En contrepartie, les salariés ont accepté l’objectif de production de 90 véhicules en moyenne par personne et par an en 2019. Cela représente un effort de productivité de l’ordre de 30 %, puisque la moyenne de 2016 se situe à 63 sur les 6 sites de production (incluant Dieppe).

Le passage d’une moyenne de 63 à 90 se fera grâce à « un plan sur la digitalisation, sur la rupture technologique et sur le management. Nous sommes en train de construire notre feuille de route pour amener des usines à une moyenne de 90 véhicules », indique José-Vincente de los Mozos, directeur des fabrications et de la logistique du groupe Renault.

La robotisation est l’un des ingrédients qui permettront cette amélioration de la productivité. « La France est en retard au niveau du nombre de robots que l’on trouve principalement en tôlerie et peinture. L’idée, maintenant, c’est de robotiser au montage les postes où il y a de la pénibilité avec l’intégration des robots collaboratifs sur des opérations lourdes en ergonomie et critiques en qualité », précise le dirigeant. Ces robots collaboratifs devraient ainsi prochainement faire leur apparition sur les lignes de montage.

En parallèle, le constructeur poursuit l’automatisation des flux déjà engagée sur plusieurs sites avec le déploiement des AGV (chariot géoguidés, qui ont remplacé les caristes), comme cela vient d’être fait à Flins, après la mise en place du kitting et le compactage des lignes. « La France a fait une transformation énorme et l’état d’esprit a changé. C’est important pour que les usines en France deviennent une référence dans l’Alliance », souligne M. De los Mozos.

L’usine du futur, c’est aussi le déploiement des outils numériques, là encore un élément de productivité. « Il faut que nous améliorions nos indicateurs de processus avec le Data management, qui nous permettra de voir à tout moment ce qui se passe dans nos usines et de prendre des décisions beaucoup plus rapidement. Cela nous permettra de matcher la performance économique avec la performance physique de telle façon que l’on verra la tendance en temps réel. Aujourd’hui, avec nos systèmes, nous ne pouvons pas le faire en temps réel », explique le dirigeant. « On va passer du management du ‘fait accompli’ à un management en ‘temps réel’ », résume-t-il.

Les outils digitaux seront déployés aux différents échelons hiérarchiques dans l’usine : chefs d’unité, chefs d’atelier, managers et patron du site. « Aujourd’hui nous travaillons sur une application où les chefs d’unités seront sur tablette avec une visibilité en temps réel de ce qui se passe et l’impact sur leur performance économique », détaille M. De los Mozos.

Outre la productivité, l’usine du futur doit aussi améliorer la satisfaction client avec une meilleure traçabilité des pièces. « Aujourd’hui, nous n’avons pas une traçabilité sur 100 % des pièces. Nous avons une traçabilité par lot, et demain nous l’aurons à l’unité », précise le dirigeant. (AUTOACTU.COM 28/3/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.