Fermer
Chine

Renault pense doubler ses ventes en Chine en 2017

Le #Renault - #Ventes
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Renault pense écouler au minimum 70 000 voitures en Chine en 2017, soit plus du double de ses ventes de 2016, quand le constructeur français a inauguré sa première usine dans le pays, a indiqué François Provost, patron du groupe pour la région Asie. « Cette année, on va au moins doubler les ventes par rapport à l’an dernier », a-t-il déclaré à des journalistes en marge du Salon de l’Automobile de Shanghaï. En 2016, 35 000 voitures frappées du losange avaient trouvé preneur dans l’Empire du Milieu.

Ces volumes restent très modestes dans un marché qui a absorbé 24,38 millions d’unités l’année dernière. Il faut aussi les rapporter aux 615 000 voitures vendues dans le même temps par le Groupe PSA, arrivé bien avant sur place. Mais, a souligné M. Provost, « il faut le rapprocher de la situation de notre réseau de distribution. Aujourd’hui, on a 150 concessionnaires, ce qui veut dire que l’on ne couvre pas l’ensemble du territoire ». « L’objectif le plus important est la croissance régulière des ventes », a-t-il ajouté, évoquant le chiffre de 200 concessionnaires d’ici à la fin de l’année et 30 de plus en 2018.

A terme, Renault vise 3,5 % du marché chinois, avait indiqué son président Carlos Ghosn, sans donner d’échéance. L’entreprise a inauguré en 2016 une usine à Wuhan (centre), d’une capacité de 150 000 voitures par an, où sont assemblés les véhicules de loisir urbains Kadjar et Koleos.

Renault, qui vend aussi en Chine son véhicule métis Captur, a annoncé à Shanghaï qu’il allait proposer à la vente son véhicule à sept places de haut de gamme Espace, fabriqué en France et donc soumis à d’importantes taxes à l’importation. Se concentrer sur ces « SUV » s’avère gagnant, car le segment « explose » actuellement en Chine, a noté M. Provost.

En coentreprise avec le groupe Dongfeng, Renault commencera aussi à assembler d’ici à la fin de l’année en Chine une berline électrique, dérivée du modèle Fluence. Pas question en revanche pour l’instant de proposer aux Chinois des modèles de la gamme « low-cost » comme le Duster ou la petite Kwid, qui fonctionne bien en Inde, selon le dirigeant, pour qui « la priorité est d’abord de positionner la marque Renault, qu’elle soit jugée crédible ». (AFP 19/4/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.