Fermer
France

Renault-Nissan sur la première marche du podium mondial

Le #Carlos Ghosn - #Nissan - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Carlos Ghosn, l’architecte de l’Alliance Renault-Nissan, est désormais à la tête du numéro un mondial de l’automobile. L’attelage mondial qu’il élargit méthodiquement depuis quinze ans – aujourd’hui constitué de Renault, Nissan, AvtoVAZ, Samsung Motors, Mitsubishi et Brilliance – a vendu davantage de voitures que Toyota et Volkswagen au premier semestre de 2017, une première.

M. Ghosn et ses différentes équipes ont écoulé 5,268 millions de véhicules dans le monde en six mois, contre 5,129 millions pour le concurrent japonais et 5,270 pour le groupe allemand. Mais à Wolfsburg, on intègre à ce chiffre les camions MAN et Scania, soit 97 000 poids lourds. Donc Renault-Nissan est bien premier en matière de voitures particulières et utilitaires légers ce semestre, avec près de 100 000 véhicules de plus.

Quoi qu’il en soit, l’Alliance franco-japonaise a bien progressé en six mois. A 2,9 millions d’unités, les volumes de Nissan ont gonflé de 5,6 % du fait d’une envolée des ventes au Japon, ceux de Mitsubishi de 2,4 %, ceux de Renault de 10 %, grâce aux ventes européennes alimentées par Dacia. Au passage, le Losange signe un record semestriel, avec 1,88 million de voitures écoulées. « L’Alliance élargie est en trajectoire pour se positionner au premier rang mondial en 2017 », se félicite-t-on dans un communiqué.

Renault-Nissan affirme que cette place n’est pas une « une fin en soi », ni même « un objectif », mais le volume permet de discuter d’égal à égal avec les géants du numérique, pour financer le développement de toutes les motorisations possibles, ou pour négocier avec les fournisseurs. « Renault ne serait pas le même aujourd’hui sans l’Alliance. C’est un élément de performance pour les technologies, les plateformes, la fabrication croisée, etc. Et en Chine, notre implantation aurait été beaucoup plus compliquée sans Nissan », souligne Thierry Koskas, le directeur commercial de Renault. Le groupe français se nourrit également de ses ventes de pièces ou de moteurs à son partenaire. (ECHOS 31/7/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.