Fermer
France

Renault améliore sa présence sur mobile grâce aux applications

Le #Internet - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

En termes de stratégie digitale, Renault repense complètement sa présence sur le mobile et le considère aujourd’hui comme une véritable « expérience automobile ». Laurent Aliphat, chef du service performances digitales du constructeur, explique qu’entre décembre 2013 et juin 2015, la consommation de contenus via mobile a progressé de plus de 50 % chez Renault. De plus, le groupe observe que de plus en plus de personnes établissent un contact avec la marque grâce à leur mobile. Le constructeur veut renforcer sa présence sur ce canal tout en étant plus efficace. « Notre objectif est d’éviter la multiplication d’applications et rompre le schéma correspondant à une idée égale une appli. Le nombre d’applications mobiles disponibles va être diminué de façon drastique », explique M. Aliphat. Aujourd’hui au nombre de 400 environ, les applications mobiles Renault ne pourront bien sûr pas toutes être regroupées. « Les véhicules électriques, par exemple, concernent seulement une partie de nos clients et ont besoin d’une application qui leur est dédiée », souligne-t-il.

En revanche, Renault s’est donné pour objectif de développer et optimiser deux types d’applications mobiles : l’une pour ses clients, l’autre pour ses prospects. « My Renault », dédiée aux clients, va être améliorée afin de contenir « tous les services dont a besoin un usager ». « Le mobile peut à l’avenir devenir la télécommande du véhicule », observe Laurent Aliphat. Grâce à son application « My Renault », le groupe obtient de nombreuses données pour améliorer l’expérience client. Comptage du temps passé sur l’application et nombre de pages vues grâce à Google Analytics, remontée des notes ou commentaires postés dans les différents stores mobiles et envoi de notifications ciblées grâce à FollowAnalytics. Renault a par ailleurs réussi à optimiser son budget réservé à la publicité. Grâce à Mobile App Traking, il peut désormais savoir grâce à quelle publicité son application My Renault a été téléchargée et se concentrer sur les publicités les plus efficaces. L’application enrichie devrait être disponible d’ici à la fin de l’année.

Renault réserve également une application aux prospects. Les contenus seront notamment enrichis avec des vidéos et des représentations 3D. « Plus qu’une application mobile, il s’agira d’un portail d’entrée pour les visiteurs qui n’ont pas encore de voiture Renault. Nous voulons faciliter l’accès à la marque », note M. Aliphat.

Plus qu’un enjeu pour les marques, la présence sur les mobiles est devenue primordiale pour se développer. D’après une étude de l’agence de conseil en e-marketing, Fifty-Five, partenaire du constructeur, le mobile représente 35 % du temps passé par les Français devant un écran.

Après l’Inde, la Turquie, la Russie, l’Irlande et plus récemment le Brésil, la France comptera parmi les pays disposant d’une nouvelle plateforme Internet, indique Laurent Aliphat. Pour mémoire, le projet Helios a été confié à l’agence DigitasLBI, qui développe sur la base d’outils fournis par Adobe marketing Digital. Il entend moderniser les supports Internet mis à dispositions des consommateurs à travers le monde en rendant l’expérience plus fluide et mieux adaptée aux terminaux mobiles. « A l’entrée en service d’Helios, la France disposera d’un panel de fonctionnalités plus complet que dans les cinq premiers pays déployés », souligne M. Aliphat. (JOURNALAUTO.COM 11/6/15, AUTOACTU.COM 12/6/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.