Fermer
France

Renault a de grandes ambitions pour 2017

Le #Entretien - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans un entretien accordé à AUTOACTU.COM (3/1/17), le directeur du commerce France de Renault Philippe Buros se félicite de la croissance des ventes VP de la marque au losange en 2016 (+ 6,6 %, à 407 939 immatriculations, pour une part de marché de 20,24 %, en hausse de 0,3 point). « Dacia fait une performance encore meilleure avec une croissance de 13,4 % et 110 530 immatriculations, avec une part de marché à presque 5,5 % (exactement 5,48 %). Sur le marché VUL, la marque Renault conserve une part de marché à haut niveau avec pratiquement un tiers du marché (32,12 % pour Renault, 0,39 % pour Dacia), sans pour autant en suivre la hausse avec une progression + 5,7 % de ses immatriculations (+ 8,1 % pour le marché VUL), soit 131 741 unités (auxquelles s’ajoutent 1 581 Dacia). Au final, le groupe Renault aura vendu 651 791 véhicules en France en 2016, en hausse de 7,3 %, soit 44 618 de plus que l’an dernier. Le groupe représente plus d’une vente de véhicule sur 4 (en VP et VUL) avec une part de marché de 26,87 % », détaille-t-il. « Notre part de marché est là où on voulait et nous avons donc fait en volume + 3 % par rapport à nos prévisions », précise-t-il.

« Si vous regardez l’évolution du marché, ce qui se porte bien, c’est Dacia et les marques premium, avec entre les deux un ventre mou. Nous faisons une année exceptionnelle avec Dacia, à 112 000 unités (dont 1 500 en VUL). Nous sommes la quatrième marque à particuliers. Nous sommes très contents de cette performance, surtout que ce n’était pas une année de renouvellement. La seule chose que nous avons changé est l’offre à 3 €/4 € ou 5 €/jour. Quand un fumeur paie 8 € un paquet de cigarettes, cela relativise le coût de la voiture », explique par ailleurs le dirigeant.

« Nous recevons les premières Zoé à 400 km. En 2017, il faudra faire preuve d’ambition. Nous avons déjà plus de 2 000 commandes pour Zoé 400 km, alors que les gens ne l’ont pas encore vue et essayée. Les essais presse montrent que l’on peut faire 300 km en cycle urbain et périurbain. Personnellement, je fais 300 km par semaine et je vais rouler en Zoé », indique en outre M. Buros. « Nous devons être le moteur de la croissance du marché du véhicule électrique et nous voulons rester à la moitié du marché. Sur les derniers mois, nous avons eu un rythme de commandes de 1 500 unités par mois. Je serais déçu si nous faisions une croissance de 10 % en 2017 », ajoute-t-il.

« Nous avons reçu le Grand Scénic en décembre. Nous attendons le Koléos pour le printemps et nous aurons Alpine en cours d’année. Nous ferons de l’image avec Alpine et cela va faire du bien au groupe Renault. C’est un marché que l’on découvre et nous avons vendu en 1 jour et demi le premier quota de 800 voitures que personne n’a encore ni vu ni essayé. Cela montre que l’automobile reste un produit passion », explique encore le dirigeant.

En matière de motorisations, « la France est revenue dans la moyenne des pays européens [en 2016] avec une répartition diesel-essence de 40/60 sur les particuliers, 80/20 sur les entreprises, il n’y a pas de drame. Nous avons manqué d’essence au démarrage et on s’est adapté. L’électrique et l’hybride ont pris une part de marché. Nous n’avions pas encore complètement l’offre et il y avait encore de la réticence pour que le véhicule électrique profite de la baisse du diesel. Je pense que là, nous sommes sur la bonne voie », souligne-t-il.

Pour 2017, « idéalement, nous aimerions a minima un marché comme en 2016 et une pénétration a minima comme 2016. Nous visons un rééquilibrage volume/marge et nous avons encore des possibilités de progresser sur les particuliers et de sortir de certains canaux. Notre ambition en 2017 serait de baisser sur les VD pour aller vers les particuliers », annonce-t-il enfin.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.