triangle orange
Europe

Réactions au projet de réduction des émissions de CO2 dans l’UE

Analyse de presse de 14H00 - Le #ACEA - #CNPA - #CO2 - #Emissions - #VDA
triangle bleu

Le vote des 28 ministres de l’Environnement des membres de l’Union européenne en faveur d’une réduction des émissions de CO2 des VP et VUL neufs suscite de vives réactions. L’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles) estime que ces objectifs sont dangereux pour le secteur automobile en Europe. « Bien que les niveaux de réduction de CO2 convenus par les Etats membres soient moins agressifs que ceux votés par le Parlement européen la semaine dernière, ils risquent toujours d’avoir un impact négatif sur la compétitivité de l’industrie, des travailleurs de l’automobile et des consommateurs », avertit son secrétaire général Erik Jonnaert. L’Acea reconnaît toutefois que le système de référence visant à inciter les véhicules à émissions zéro et faibles, tel que proposé par la Commission et les Etats membres, donne le bon signal à l’industrie et aux consommateurs, mais elle reste préoccupée par le fait que le système soit fondé sur les sanctions et associé à des quotas de vente élevés, « non conformes à la réalité et qui porteraient atteinte au principe de neutralité technologique ».

Xavier Horent, délégué général du CNPA, tire pour sa part la sonnette d’alarme, « compte tenu de la raideur de la pente ». « L’une des inconnues de l’équation électrique – déséquilibrée – est la nécessité d’investir massivement dans les technologies, d’anticiper sur les probables problèmes d’approvisionnement en matières premières et de mobiliser beaucoup de cash tout en convaincant des clients rétifs. Une stratégie française et européenne réaliste est incontournable sans confondre vitesse et précipitation. Ne fragilisons pas notre industrie et nos services dont le gisement en valeur ajoutée et emplois est fondamental pour l’avenir », déclare-t-il.

En Allemagne, le VDA évoque les risques de suppressions d’emplois liées à cet accord qualifié d’irréaliste et dangereux pour l’emploi. « Il est déjà clair que l’UE n’atteindra pas ces objectifs trop élevés pour l’industrie automobile, et aucun objectif comparable n’a jamais été envisagé ailleurs dans le monde », dénonce l’organisation dans un communiqué. « L’industrie automobile européenne sera encore plus exposée à la concurrence. […] Cela met des emplois et des sites de production en danger », commente le président de la VDA Bernhard Mattes.

Source : JOURNALAUTO.COM (10/10/18)