Fermer
France

PSA vise une croissance de son chiffre d’affaires de 10 % d’ici à 2018

Le #Chiffre d’affaires - #PSA Peugeot Citroën
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

PSA Peugeot Citroën vise une croissance de son chiffre d’affaires de 10 % d’ici à 2018, puis de 15 % supplémentaires à l’horizon 2021, dans le cadre de son nouveau plan stratégique « Push to pass », présenté aujourd’hui, destiné à couvrir la période 2016-2021. Redressé après avoir évité de justesse la faillite il y a deux ans, le constructeur annonce une « offensive produit et technologique mondiale » passant notamment par le lancement de quatre voitures électriques et sept hybrides (essence-électricité) rechargeables d’ici à 2021, ainsi que d’un pick-up. Au total, 34 nouveaux véhicules seront commercialisés dans les cinq ans à venir dans le monde, 26 voitures particulières et huit utilitaires, souligne l’entreprise, évoquant « un nouveau véhicule par région, par marque, par an ».

Afin d’élargir son assise géographique, PSA, qui est en train de négocier une implantation industrielle en Algérie après le Maroc, est « à la recherche d’un partenariat pour démarrer en Inde », confirme son directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon. « Nous souhaitons être industriellement présents en ASEAN » (Asie du Sud-Est), ajoute-t-il. Le groupe veut également revenir « très progressivement » aux Etats-Unis, pays dont il est absent depuis un quart de siècle, via des « services de mobilité » tels que l’autopartage plutôt que des ventes de voitures, annonce-t-il par ailleurs.

PSA va consentir quelque 100 millions d’euros à des investissements « ciblés » dans le capital-risque, reflet de sa volonté de devenir un « fournisseur de services de mobilité de référence ». Il s’agit d’« intégrer progressivement dans notre ‘business-model’ des idées qui naissent autour de nous dans un écosystème très riche, autour de la mobilité, des services connectés », explique M. De Chatillon.

Le constructeur annonce aussi son ambition d’atteindre une « marge opérationnelle courante moyenne de 4 % pour la division automobile sur la période 2016-2018 et une cible à 6 % en 2021 ». En 2015, premier exercice bénéficiaire depuis 2010 avec 1,2 milliard d’euros de résultat net, PSA avait réalisé une marge opérationnelle de 5 % pour sa division automobile, dépassant largement son précédent objectif de 2 % à horizon 2018.

PSA a vendu 2,97 millions de véhicules l’année dernière, dont un tiers produits en France. Mais il reste en deuxième division au niveau mondial, loin des quelque 10 millions de Toyota, General Motors et Volkswagen. M. De Chatillon n’évoque pas d’alliance avec d’autres entreprises pour atteindre une « taille critique » qui permettrait de partager les coûts de développement, comme le fait Renault avec Nissan. « La performance est plus importante que la taille », assure-t-il. (AFP 5/4/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.