Fermer
France

PSA va assembler 10 000 respirateurs artificiels à Poissy

Analyse de presse de 14H00 - Le #Groupe PSA - #Production - #Respirateurs - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Alors que la production de véhicules est suspendue à l’usine Peugeot de Poissy, 95 ouvriers volontaires participent à un nouvel effort de solidarité.

« Ce projet n’a rien à voir avec la construction automobile mais il y a de l’enthousiasme et une vraie volonté d’y arriver », indique Yann Vincent, directeur industriel du groupe PSA. Depuis lundi, le site, qui fabrique habituellement plusieurs centaines de véhicules par jour, produit des respirateurs artificiels en partenariat avec la société Air Liquide d’Antony mais aussi Valeo et Schneider Electric. L’objectif est d’en assembler 10 000 d’ici au 15 mai pour aider les hôpitaux français.

Face à la pandémie et le nombre important de malades placés sous assistance respiratoire, le groupe PSA a décidé de proposer son savoir-faire à Air Liquide. « Nous sommes allés à Antony pour voir leurs lignes de fabrication des appareils, et pour augmenter leurs capacités de production, nous avons décidé de nous mettre à leur service », explique Yann Vincent. « On sait organiser les process d’assemblage, nos employés ont la dextérité manuelle et nous sommes en capacité de travailler en toute sécurité ».

« Nos salariés au début étaient un peu étonnés d’utiliser tous ces outils, mais grâce à la dextérité acquise sur les voitures depuis de nombreuses années (…) on arrive à avoir un bon résultat », se félicite Franck Guérin, chef de l’atelier. Après un dernier contrôle pointilleux, en particulier de l’étanchéité sur un banc équipé de manomètres, les modules partiront pour un assemblage final vers l’usine Air Liquide d’Antony.

En pleine épidémie meurtrière, l’atelier Osiris fonctionne sous des mesures sanitaires drastiques : contrôle de la température frontale à l’entrée du site, masques, lunettes et gants pour les opérateurs, sonnerie horaire rappelant d’appliquer du gel hydroalcoolique, sens de circulation pour respecter la distanciation…

Malgré ces contraintes, PSA affirme qu' »il a fallu « refuser du monde ».

Source : LE PARISIEN (15/4/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.