Fermer
France

PSA Retail met tout en œuvre pour retrouver sa rentabilité

Analyse de presse de 14H00 - Le #Coronavirus - #PSA Retail - #reprise
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: top 3️⃣ EU countries with the 🔽 lowest excise duties on ⛽ 🥇 Bulgaria 🇧🇬 🥈 Poland 🇵🇱 🥉 Hungary 🇭🇺 #Taxation #diesel
Icone de twitter
mpemediatwit Icone de retweet
RT @mpemediatwit: Annonces du Pdt de @renault_fr JD Senard lors du 5ème Forum de l’industrie : En Méditerranée lire via
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

« Avant la crise, PSA Retail était profitable, et ce depuis 3 ans. Retrouver la rentabilité [après deux mois de confinement] est la priorité absolue, tout est fait pour », indique Anne Abboud, directrice de la filiale du Groupe PSA. La relance passe d’abord par le VO : PSA Retail offre ces jours-ci une remise de 1 500 euros sur 2000 occasions en stock : « Il faut re-stimuler le marché, ce que nous avons fait dès le 1er mai. Il semble assez bien réagir, que ce soit au niveau des volumes comme des prix de transactions », explique la directrice. Car de stimuli, l’atelier n’en a pas vraiment eu besoin : « La reprise en après-vente est correcte », continue Mme Abboud, faisant même état d’une certaine « pression » au niveau des rendez-vous.

L’activité de vente des véhicules neufs se révèle en revanche plus timide : « Le redémarrage est plus lent », indique la dirigeante, qui se satisfait tout de même d’un carnet de commandes resté stable durant les semaines de confinement. Ce sont 55 000 véhicules neufs que PSA Retail devra livrer en Europe dans les mois à venir.

Les semaines de fermeture forcée ont tout de même eu un côté positif : elles ont permis à PSA Retail de bien développer des processus qui n’étaient pas encore totalement aboutis. Ainsi, la procédure de livraison à domicile des véhicules neufs ou d’occasion a connu un certain essor : « Il s’agit de quelque chose que nous pratiquions déjà pour les clients flottes de la marque DS. Désormais, cela concerne aussi les particuliers, environ 10 % d’entre eux l’ont déjà souhaité pour se faire livrer un VO », souligne Mme Abboud.

« La période de confinement nous a aussi permis de réaliser des vidéos sur 100 % du stock d’occasions. Désormais, toute offre sur le stock VO à particuliers est assortie d’une vidéo », explique par ailleurs la directrice. En après-vente aussi, la vidéo est devenue incontournable en l’espace de quelques semaines. Les procédures de prise en charge comme de restitution des véhicules ont connu un certain raccourcissement du fait des normes sanitaires à respecter. Le tour du véhicule, effectué à la prise en charge, est moins exhaustif qu’auparavant. PSA Retail a donc mis en place « vidéo check », une idée venue de Grande-Bretagne. Chaque mécanicien se transforme désormais en vidéaste amateur pour quelques minutes. Il réalise le tour complet du véhicule avec une caméra afin de présenter les points à corriger au client. Après envoi des images, il recueille ou non l’accord du propriétaire du véhicule pour effectuer les travaux. D’autres idées liées au numérique seraient encore dans les cartons de PSA Retail : « Dématérialisation du contact client, diagnostic en ligne… Il n’y a pas qu’un seul sujet », remarque Mme Abboud.

Certaines idées seront d’ailleurs rendues possibles grâce à l’électrification progressive du parc. Car crise du Covid-19 ou pas, les distributeurs et leurs dirigeants ont toujours des objectifs à tenir en la matière d’ici à la fin de l’année : « En avril, environ 14 % des commandes de VN de PSA Retail portaient sur des véhicules électriques. Certes, c’était sur un petit volume [les commandes auraient chuté de 80 % environ], mais il s’agit tout de même d’un signal intéressant », termine la dirigeante.

Source : LARGUS.FR (19/5/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES