Fermer
France

Plus de sept conducteurs sur dix accoutumés aux ADAS

Analyse de presse de 14H00 - Le #ADAS - #Etude
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

D’après une étude du GiPA pour Megacities Institute, dont les résultats ont été révélés le 20 février, 70 % des conducteurs équipés plébiscitent le freinage d’urgence (AEB). Le pourcentage est encore plus élevé pour le régulateur de vitesse adaptatif (ACC ; 75 %). Jamais un sondage n’avait pris en considération les avis d’un panel d’automobilistes multimarques (dont 18 propriétaires de Tesla) et multimarchés, possédant des véhicules dotés de fonctionnalités de semi-automatisation de la conduite.

L’étude révèle une appétence pour des ADAS avancées. On y apprend que 94 % des conducteurs gardent le freinage d’urgence activé en permanence. « Pour 44 % des conducteurs interrogés, le freinage d’urgence a pu se déclencher dans une situation qui ne le nécessite pas », note tout de même Odette Dantas, directrice générale adjointe de GiPA France et par ailleurs vice-présidente de Megacities Institute.

Le régulateur adaptatif de vitesse est quant à lui activé régulièrement par près de 8 conducteurs sur 10 (79 %). La sécurité qu’il procure a été mise plus en avant que le confort par les utilisateurs. « Pour 48 % des conducteurs interrogés, la sécurité que leur apporte le régulateur de vitesse adaptatif est supérieure à ce qu’ils attendaient avant de l’utiliser. D’ailleurs, 86 % d’entre eux déclarent que le risque de dysfonctionnement est inférieur ou égal à ce qu’ils pensaient avant d’en avoir l’expérience », souligne Mme Dantas.

27 % des sondés ont expliqué le régulateur de vitesse avait été un « critère très important » lors de l’acquisition de leur véhicule actuel. Ils sont 54 % à en faire un élément « indispensable » de leur futur achat. Un taux de conversion qui impressionne davantage sur le freinage d’urgence. « Très important » pour 18 % des conducteurs interrogés, il va devenir indispensable pour 51 % pour ceux qui prévoient de changer de véhicule.

Le GiPA a profité de cette étude pour connaitre l’opinion des automobilistes sur l’avènement des véhicules autonomes. Il s’avère que pour 15 % des sondés, les équipements d’aide à la conduite ont déjà fait entrer l’automobile dans l’ère de la délégation. A égalité avec 34 % des suffrages, l’automobile doit franchir un véritable palier dans 5 ans ou 10 ans, prévoient les personnes interrogées. 11 % des sondés attendent cette étape dans 2 ans et 1 % pensent qu’elle ne se produira jamais.

Source : JOURNALAUTO.COM (20/2/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.