Fermer
France

Plus de 70 % des distributeurs Chevrolet ont déjà accepté une sortie anticipée du réseau

Le #Chevrolet - #CNPA
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Alors que le CNPA (Conseil national des professions de l’automobile) a décidé d’assigner Chevrolet en justice pour assister les distributeurs de la marque, le dirigeant de la filiale française, Ludovic Dirand, annonce que 95 d’entre eux ont déjà négocié et accepté une sortie anticipée du réseau. M. Dirand n’a pas dévoilé le montant global des indemnisations versées, cet élément faisant l’objet d’une clause de confidentialité dans les accords signés. « Tous les distributeurs concernés ont par ailleurs accepté de signer un contrat de réparateur agréé », souligne-t-il.

Concernant les distributeurs qui ont décidé de continuer à distribuer la marque, le CNPA entend démontrer au tribunal que « Chevrolet ne leur permet pas d’exécuter leur préavis de deux ans dans des conditions strictement identiques puisque la marque ne remplit plus ses obligations à l’égard du réseau : suppression des stocks, des outils de gestion, de communication, etc. ». Cet argument est juridiquement celui qui pourrait avoir le plus d’impact sur la décision du tribunal, mais M. Dirand assure qu’il est totalement infondé puisque « Chevrolet France continue bien de communiquer et de facturer tous les mois des véhicules qui lui sont commandés ». D’après lui, la situation serait même inversée : « Parmi ceux qui ont décidé d’exercer leur préavis, certains ne jouent pas le jeu puisqu’ils ne commandent plus de voitures », indique-t-il, estimant que ces distributeurs « ne répondent pas à leurs obligations ». Le contrat de distribution ne prévoit toutefois pas un nombre minimum de commandes mensuelles, souligne AUTOACTU.COM (16/5/14).

Le 30 mai, le tribunal de Commerce de Paris fixera la date effective des plaidoiries des deux parties.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.