Fermer
France

Plus de 3 millions de petites voitures de Renault-Nissan partageront la même plateforme

Le #Modèle - #Nissan - #Plateforme - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Afin de mutualiser les achats pour bénéficier de meilleures conditions auprès des fournisseurs, plus de trois millions de petites voitures de Renault-Nissan partageront la même plateforme Global Access B (châssis, compartiment moteurs, architecture électrique et électronique, etc.). Le segment B est capital pour Renault : en 2014, ces modèles ont représenté les deux-tiers des volumes du groupe français, soit 1,8 million d’unités. Sans compter Nissan (Micra, Juke, Cube, etc.), Datsun et la marque russe Lada, propriété de l’Alliance.

Nouveauté majeure, cette plateforme accueillera non seulement les véhicules de segment B de Renault (Clio, Captur, Zoé) et de Nissan, mais aussi les voitures low-cost des deux constructeurs, à partir de 2017. Tous les modèles de la gamme Entry de Renault, aujourd’hui basés sur une plateforme dédiée baptisée « M0 », seront concernés (Logan, Sandero, Duster, Lodgy, Dokker).

La même démarche a déjà été mise en oeuvre pour les véhicules de l’Alliance de moins de quatre mètres, avec la plateforme à très bas coûts CMFA, dont le premier véhicule, Kwid, a été présenté en Inde. Ces synergies seront toutefois limitées par la modularité de la plateforme. Se présentant, tout comme la célèbre MQB de Volkswagen comme une vaste boîte de Lego, Global Access B permettra aux ingénieries de piocher leurs composants dans des banques d’organes issues de la plateforme M0, de celle de la Clio actuelle, ainsi que de nouveaux modules plus modernes ou issus de Nissan. Ainsi, la base technique devrait intégrer la technologie d’hybride rechargeable à bas coût présentée par Renault au Mondial de l’Automobile de Paris en 2014 sur le prototype Eolab, ce qui annonce l’arrivée d’une Clio et de modèles à bas coûts hybrides. Une palette de choix qui devra être suffisamment resserrée pour faire jouer les économies d’échelles, tout en étant assez diversifiée pour répondre aux différents positionnements des marques.

Si la Micra, qui sera produite fin 2016 à Flins, conservera sa plateforme actuelle, le premier véhicule de Nissan à adopter la Global Access pourrait être le nouveau Juke, en 2017. Côté Renault, la question est de savoir si celle-ci sera étrennée par le nouveau Duster (2017) ou la future Clio. Autres interrogations, les usines dotées de la future plateforme – en Europe, le segment B se répartit entre Bursa (Turquie), Flins (France), Sunderland (Royaume-Uni) et Valladolid (Espagne) -, et la présence ou non de Daimler. Pour respecter les objectifs européens d’émissions de CO2, le groupe allemand réfléchit à pénétrer le segment B avec un véhicule basé sur Global Access. (ECHOS 15/7/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.