Fermer
France

“Pas de nécessité de supprimer des marques après la fusion”, explique Carlos Tavares, président du Groupe PSA

Analyse de presse de 14H00 - Le #bfmtv - #Carlos Tavares - #Groupe PSA - #interview - #Marques
Icone de twitter
UTACCERAM Icone de retweet
RT @UTACCERAM: Malgré la période de confinement, UTAC CERAM poursuit sa politique de croissance ambitieuse Nous maintenons nos
Icone de twitter
Groupe_Renault Icone de retweet
RT @Groupe_Renault: On we talk about MotorsportsWinking face and particularly Did you know that most of our @RenaultF1Team #Fridays #F1
Icone de twitter
GroupePSA Icone de retweet
RT @GroupePSA: Le 2019 du est en ligne ! Pour la 5ème année consécutive, le Groupe reçoit le niveau « Advanced » #RapportRSE #GroupePSA
VOIR SUR TWITTER
Derniers tweets

Invité sur le plateau de Good Morning Business, Carlos Tavares président du Groupe PSA, et lauréat du “BFM Award” du Manager de l’Année, a souligné que toutes les marques issues de la fusion avec Fiat Chrysler avaient vocation à être maintenues. Si la fusion entre PSA et Fiat Chrysler (FCA) va au bout, le nouveau groupe sera à la tête de 14 marques : Peugeot, Citroën, DS, Vauxhall et Opel, Fiat, Lancia, Alfa Romeo, Maserati, Ferrari, Abarth, Chrysler, Dodge, Jeep.

Pour Carlos Tavares, la question ne se pose pas. “L’entité qui résulterait de ce rapprochement aurait effectivement un nombre de marques important. Il reste inférieur au nombre de marques de notre principal concurrent allemand. Cela fait partie des enjeux que de bien gérer la complémentarité de ces marques pour couvrir le marché. Et je vois que l’ensemble de ces marques sans exceptions, ont toutes une caractéristique commune, c’est qu’elles ont une histoire fabuleuse”.

“Nous adorons l’histoire des marques automobiles, cela donne un socle sur lequel nous nous appuyons pour nous projeter dans l’avenir. Donc aujourd’hui, je ne vois pas de nécessite, si ce deal venait à se conclure, de supprimer des marques parce qu’elles ont toutes leur histoire et elles ont toutes leur force”.

Quant au nom du futur ensemble, il est encore en suspens, PSA se donnant le temps de la réflexion en faisant contribuer ses salariés.

Source : BFM BUSINESS (8/11/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES