Fermer
Union européenne

Particules : les constructeurs pourraient dépasser de 50 % la norme Euro-6 en conditions réelles de conduite

Le #Commission européenne - #Emissions
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le troisième volet de la réglementation européenne RDE sera voté début décembre. Celui-ci porte sur le niveau d’émissions de particules que les véhicules ne devront pas dépasser en conditions réelles de conduite pour être homologués (à compter de septembre 2017). D’après des documents qu’a pu se procurer l’ONG européenne Transport&Environment (T&E), la Commission européenne proposerait d’accorder une marge de 50 % entre le niveau d’émissions de particules fixé par la norme Euro-6 et le niveau mesuré en conditions réelles de conduite. Moteurs à essence et diesel sont soumis depuis 2014 (et 2015 pour tous les véhicules neufs) aux mêmes normes d’émissions, mais les véhicules à essence bénéficiaient d’une dérogation de trois ans qui assouplit la norme liée à la quantité de particules. Aussi, selon la norme Euro-6, à partir de septembre 2017, les moteurs à essence ne devront pas émettre plus de 6×10 puissance 11 (en nombre) de particules, au lieu des 6×10 puissance 12 actuellement autorisés. Avec le RDE, une marge de 50 % devrait être accordée en conditions réelles de conduite.

« Cela suppose que les constructeurs pourront continuer d’éviter l’utilisation d’un filtre à particules sur leurs moteurs à injection directe qui émettent plus de particules que les diesel récents, alors que cela ne coûte que 25 euros », s’inquiète Florent Grelier, ingénieur véhicules propres chez T&E. Pourtant deux constructeurs, Volkswagen et Mercedes-Benz, ont déjà annoncé qu’ils utiliseraient ces filtres à particules sur leurs prochains véhicules. « Certes, sur une partie de leurs véhicules. Mais il existe un risque important que les constructeurs préfèrent prioriser d’autres alternatives, comme l’optimisation de l’injection directe. Même si ces techniques peuvent aider à réduire les émissions de particules, le Dieselgate a montré que les systèmes censés réduire les émissions de NOx en amont (EGR) ne fonctionnent de manière optimale que pendant les tests d’homologation. Le montage d’un filtre évite ce problème et apporte une garantie que les émissions de particules seront dans les limites imposées par l’UE quelles que soient les conditions d’utilisation du véhicule », explique-t-il. Autre problème soulevé par T&E : la Commission européenne n’a pas pris en compte le fait que la norme Euro-6 a été définie à partir de particules issues du diesel, alors que les particules issues de l’essence sont beaucoup plus fines. (AUTOACTU.COM 26/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.