Fermer
Europe

Paris et Berlin s’entendent pour développer des batteries en Europe

Analyse de presse de 14H00 - Le #Accord - #batteries - #Electrique - #Hybride
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La France et l’Allemagne se sont mises d’accord le 18 décembre pour développer des batteries en Europe, en marge de la sixième réunion annuelle des « Amis de l’industrie », organisée à Paris, durant laquelle les 18 pays membres ont appelé Bruxelles à soutenir l’industrie européenne. « Les gouvernements allemand et français, en coopération avec la Commission européenne, vont développer une approche stratégique pour établir une cellule de production industrielle de batteries en Europe », ont annoncé le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, et le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier.

L’Allemagne s’est ainsi engagée à consacrer 1 milliard d’euros au projet pour les batteries d’ici à 2022. La France n’a pas communiqué de montant. « Cet accord est une véritable percée », a expliqué M. Le Maire lors d’une conférence de presse au terme de la réunion des « Amis de l’industrie ». « Si nous ne joignons pas nos efforts, l’Europe ne produira plus de batteries demain », a-t-il prévenu.

Le secteur automobile du Vieux continent, en particulier, a mis en garde contre la mainmise des pays asiatiques (Chine, Corée du Sud, Japon) sur la fabrication des batteries, et des voix se sont élevées pour appeler à un « Airbus des batteries ». Ces accumulateurs sont appelés à devenir essentiels face à la nécessité de déployer des véhicules électriques et hybrides pour respecter la forte réduction des émissions de CO2 imposée à l’horizon 2030 par l’Union européenne.

Egalement présente, la ministre polonaise de l’Entrepreneuriat et de la Technologie, Jadwiga Emilewicz, a toutefois fait part de ses réserves sur cet accord franco-allemand. « Nous comprenons que la porte restera ouverte pour que l’on puisse monter dans ce train, sinon je doute que ce projet ambitieux puisse se réaliser à court terme », a-t-elle déclaré.

Dans leur déclaration, les pays signataires ont rappelé que l’industrie employait près de 32 millions de personnes en Europe et qu’elle générait par ailleurs 30 millions d’emplois indirects.

Source : AFP (18/12/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.