Fermer
Etats-Unis

Nissan rappelle plus de 226 000 véhicules supplémentaires aux USA

Le #Nissan - #Rappel De Véhicule
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Nissan rappelle plus de 226 000 véhicules supplémentaires aux Etats-Unis en raison d’airbags défectueux fournis par Takata, a annoncé samedi le constructeur japonais dans un communiqué.

Au total, 226 326 véhicules doivent retourner chez les concessionnaires Nissan, ce qui porte à 664 628 le nombre de véhicules rappelés aux Etats-Unis pour ce motif. Nissan, qui a adressé une notification à l’agence américaine de la sécurité routière (NHTSA), précise n’avoir recensé aucun accident lié à ce dernier rappel.

Les modèles concernés ont été fabriqués de 2001 à 2003, a précise Nissan. On retrouve les berlines Infiniti I35 et Nissan Maxima, les SUV Infiniti FX35 et FX45, les 4X4 Infiniti QX42 et Pathfinder et le monospace Sentra.

En tout, plus de 10 millions de véhicules à travers le monde font actuellement l’objet de rappels de la part des constructeurs (Toyota, Nissan, Honda, Mazda, BMW, Chrysler, Ford, BMW et General Motors).

Ces airbags sont fabriqués par une filiale nord-américaine de l’équipementier japonais Takata, qui a dû inscrire mi-juillet une charge exceptionnelle de 45 milliards de yens (près de 330 millions d’euros) dans ses comptes pour faire face à cette crise.

Le défaut est à l’origine de plusieurs accidents qui ont entraîné des enquêtes de l’agence américaine de la sécurité routière (NHTSA). Il provient du gonfleur d’airbag qui, pour une raison technique non encore identifiée, peut ne pas fonctionner normalement et entraîner une explosion ou un départ de feu, ont expliqué les constructeurs dans un document remis au ministère japonais des Transports. Les gonfleurs incriminés auraient été produits au début et au milieu des années 2000. (AFP 26/7/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.