Fermer
Japon

Mitsubishi Motors va reprendre les ventes des mini-voitures affectées par le scandale sur les émissions

Le #Emissions - #Mitsubishi
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Mitsubishi Motors a annoncé la reprise prochaine des ventes des quatre modèles de mini-voitures, dont deux fabriqués pour Nissan, qu’il avait décidé de suspendre après la révélation de manipulations de données. « Le groupe a l’intention de reprendre la production début juillet », a déclaré un porte-parole du constructeur.

Le 20 avril, Mitsubishi avait avoué avoir falsifié les données de consommation de carburant de ces quatre modèles. Il avait dans la foulée stoppé les prises de commandes des véhicules concernés, vendus uniquement au Japon, ce qui s’était traduit par une chute de ses ventes de mini-véhicules de près de moitié en avril, puis de 75 % en mai.

Selon les résultats d’une enquête menée par les autorités japonaises, le constructeur a embelli les performances énergétiques de 11 % en moyenne. Le ministère des Transports, jugeant ces niveaux acceptables et ne présentant pas de risque pour la sécurité des automobilistes, a de ce fait décidé de ne pas retirer à Mitsubishi son autorisation de mise sur le marché pour ces véhicules.

Mitsubishi a également reconnu avoir utilisé des tests non homologués au Japon depuis 25 ans sur plusieurs autres véhicules.

Le constructeur, qui a récemment fait état d’une charge exceptionnelle d’au moins 50 milliards de yens (420 millions d’euros) pour dédommager l’ensemble des acheteurs floués, doit annoncer dans les prochains jours ses prévisions financières pour l’exercice débuté en avril 2016, qu’il n’a pu publier plus tôt en raison du scandale. Selon plusieurs médias, il s’attend à enregistrer une perte nette pour la première fois en huit ans. (AFP 21/6/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.