Fermer
Japon

Mitsubishi Motors annonce une perte massive au 1er trimestre sous l’effet du scandale de fraude

Le #Mitsubishi - #Résultat financier
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Mitsubishi Motors, pris dans un scandale de fraude révélé en avril, a annoncé une perte de 129,7 milliards de yens (1,1 milliard d’euros) pour son premier trimestre fiscal clos fin juin, contre un bénéfice de près de 24 milliards (209 millions d’euros) un an plus tôt. Le bénéfice d’exploitation a chuté de 75 %, à 4,6 milliards de yens (40,1 millions d’euros).

Le groupe admet que la raison en est « l’impact négatif sur la production et les ventes de l’affaire des violations commises dans les tests de consommation de carburant au Japon et la hausse du coût des tests de qualité ».

Les ventes mondiales en volume ont plongé de 16 % au premier trimestre, à 221 000 véhicules. Au Japon, la chute est même de 43 %, à 10 000 unités. En Amérique du Nord, elle s’est limitée à 5 %, avec 37 000 véhicules vendus. En Europe, y compris la Russie dont l’économie stagne, le recul a été de 15 %, à 47 000 unités. Pour l’Asie, il est de 8 %, à 71 000 unités, et de 26 %, à 56 000 unités, dans le reste du monde.

En juin, le groupe avait déjà averti qu’il s’attendait pour la première fois en huit ans à afficher une perte sur l’ensemble de l’exercice allant d’avril 2016 à mars 2017. Il l’avait estimée à 145 milliards de yens (1,23 milliard d’euros). Il a maintenu cette prévision, pour un chiffre d’affaires de 1 910 milliards de yens (16,7 milliards d’euros) et un bénéfice d’exploitation réduit à 25 milliards de yens (218 millions d’euros, – 81,9 %).

Déjà secoué par un vaste scandale il y a une douzaine d’années, le constructeur japonais est affaibli par cette épreuve délicate mais il a reçu en mai le soutien de Nissan, qui compte injecter des fonds pour prendre 34 % de son capital. (AFP 27/7/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.